Réforme du lycée professionnel : les concertations, boudées par une partie des syndicats enseignants, démarrent au ministère du Travail

La ministre de l'Enseignement supérieur organise à partir de ce vendredi des groupes de travail pour discuter du projet du gouvernement. Mais de nombreux professeurs affirment que l'essentiel est déjà acté et qu'il n'y a aucune marge de négociation.

Article rédigé par
Thomas Giraudeau - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enseignants accrochent une pancarte dénonçant la réforme du lycée professionnel, devant le réctorat de Toulouse (Haute-Garonne), le 18 octobre 2022. (VALENTINE CHAPUIS / AFP)

Emmanuel Macron la considère comme l'un des projets prioritaires de son second quinquennat, un des moyens d'atteindre le plein emploi. La réforme du lycée professionnel est au cœur d'une réunion au ministère du Travail vendredi 21 octobre. La ministre déléguée chargée de l'Enseignement professionnel, Carole Grandjean, lance des groupes de travail, dans un contexte de défiance. Depuis plusieurs mois, les professeurs et une partie des élèves se mobilisent contre cette réforme qu'ils jugent dangereuse pour la qualité des enseignements.

>>> La réforme des lycées professionnels "va mettre en danger gravement l'avenir de nos élèves", dénonce le SNUEP-FSU

Les syndicats avancent une mobilisation historique. Mardi 18 octobre, selon eux, 60% des enseignants de lycée professionnel ont fait grève, un quart seulement d'après le ministère. Pour eux, les dés sont déjà jetés. L'exécutif veut fermer des bacs pro qui, estiment-il, n'insèrent pas assez sur le marché du travail, ne sont plus en phase avec les besoins locaux des entreprises. 

"Tout est sur la table", affirme l'exécutif

Le gouvernement souhaite également augmenter de 50% les périodes de stage pour les lycéens. Les professeurs opposés à la réforme craignent que cela entraîne une réduction du temps d'enseignement. Carole Grandjean n'a pas l'intention de négocier sur ce point, affirme un des principaux syndicats en lycée professionnel. Il ne voit donc pas l'intérêt de ces groupes de travail et n'y participera pas.

"Tout est sur la table", "la réforme n'est pas écrite", assure au contraire le ministère du Travail. Les 50% de stages en plus ? Le chiffre est encore à définir, dit l'exécutif. Fermer des filières ? Peut-être mais cela prendra du temps, assure-t-on rue de Grenelle. Le ministère garantit que la réforme sera mise en place très progressivement, à partir de la rentrée de septembre 2023.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.