Plusieurs universités vont interdire le redoublement de la première année de médecine

Les étudiants qui ont échoué au concours de médecine seront réorientés vers d'autres filières. Ils pourront toutefois tenter à nouveau leur chance en troisième année de licence.

L\'université Paris-V (Paris Descartes) appliquera cette réforme dès la rentrée 2018.
L'université Paris-V (Paris Descartes) appliquera cette réforme dès la rentrée 2018. (YVES TALENSAC / PHOTONONSTOP / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France (Paris V, VI et VII), mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (Paces) qui n’autorisera pas le redoublement. "Le principe général est de réorienter activement les étudiants en échec à l'issue de la première année", explique Jean-Louis Beaudeux, doyen de la faculté de pharmacie Paris Descartes, à franceinfo. Ceux-ci ne pourraient pas se réinscrire en première année, mais ils seraient basculés en licence générale scientifique, en biologie par exemple.

Cette expérimentation a pour finalité "de ne pas faire perdre de temps à l'étudiant avec un redoublement", explique Jean-Louis Beaudeux. Mais pour autant, "on ne revient pas sur le principe d'une deuxième chance". En effet, lors de sa troisième année de licence, l'étudiant pourra suivre des modules complémentaires et postuler au dispositif Alter-Paces. Celui-ci permet de réintégrer la deuxième année des études de santé, après un concours composé d'épreuves d'admissibilité et d'admission.

Des premières expérimentations ont déjà été mises en route, à la faveur d'un décret du ministère de l'Enseignement supérieur, daté de février 2014. A Paris V, VI et VII, par exemple, le texte "prévoyait la validation d'une deuxième ou d'une troisième année d'une ou plusieurs licences existantes adaptées ainsi que la validation d'unités d'enseignement complémentaires". L'Alter-Paces "existe depuis 2015 dans notre université, résume Jean-Louis Beaudeux, et nous avons déjà des étudiants qui intègrent les études de santé via ce dispositif".

Un concours alternatif comme seconde chance

L'expérimentation prévoit un concours bis après la troisième année de licence plutôt que la deuxième, afin que les étudiants aient tout de même un diplôme en cas de nouvel échec. "Nous sommes très attentifs à ce qu'il existe une seconde chance, explique la Fage, syndicat étudiant contacté par franceinfo. Cette seconde chance peut prendre une autre forme que le redoublement." Jean-Louis Beaudeux ajoute que la pharmacie a souffert de la création de la Paces, première année commune aux études de santé, car la spécialité était moins plébiscitée que la médecine par les étudiants. Ce second concours pourrait donc attirer les éléments les plus motivés.

Reste à savoir si les places d'Alter-Paces seront suffisantes pour offrir réellement une seconde chance aux étudiants. Le décret de 2014 évoque entre "au moins 5% et au plus 30% du nombre total de places offertes"Chaque université fixera le seuil, mais l'université Paris Descartes réserve par exemple 30% de son numerus clausus de pharmacie aux étudiants qui passent cet autre concours. Ces modalités, toutefois, ne sont pas encore arrêtées car les textes du ministère de l'Enseignement supérieur ne sont pas encore parus.