Cet article date de plus de trois ans.

Mila n'a pas été exclue de son lycée militaire, assure Florence Parly : un aménagement lui a été proposé

L'adolescente avait été accueillie dans l'établissement après avoir été menacée de mort pour avoir critiqué l'islam. Son père et son avocat avaient affirmé, ce jeudi, qu'elle avait été renvoyée par la direction. Le ministre de l'Education se dit, lui, prêt à rencontrer Mila.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Florence Parly, ministre des Armées. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Mila n'a pas été exclue et je voudrais dire que Mila, c'est notre combat", affirme Florence Parly, sur franceinfo vendredi 11 décembre. La ministre des Armées dément ainsi les déclarations du père de l'adolescente et de son avocat qui affirmaient ce jeudi que Mila avait été renvoyée de son lycée militaire pour en avoir divulgué l'adresse. En janvier dernier, la jeune-fille de 17 ans avait déjà été descolarisée de son lycée de Villefranche après avoir été menacée de mort pour sa critique de l'islam sur les réseaux sociaux. Elle avait été accueillie dans un établissement militaire dont l'adresse était tenue secrète. 

"C'est une jeune fille extrêmement courageuse"

"Une protection efficace, cela suppose le respect de la confidentialité et aujourd'hui, celle-ci n'est plus garantie parce que le lieu de scolarisation de Mila a été divulgué. C'est pour cela que le ministère des Armées a proposé d'aménager sa scolarité" pour la protéger, a expliqué Florence Parly. "C'est une jeune fille extrêmement courageuse, qui est victime quotidiennement de menaces, y compris de menaces de mort, et ça c'est totalement inadmissible. C'est pour ça que l'État lui apporte sa protection", a ajouté la ministre.

Les réactions de certains politiques ainsi qu'une lettre du père de Mila évoquant la "lâcheté" du lycée militaire où a été accueillie Mila ont "choqué" Florence Parly. "J'ai été très blessée de ce que j'ai pu entendre."

"Je réitère à Mila et à ses parents notre désir de continuer d'aider et de soutenir leur fille."

Florence Parly

à franceinfo

L'important pour la ministre des Armées est que Mila puisse "retrouver la sérénité nécessaire pour pouvoir se projeter dans l'avenir et identifier le parcours de formation qui lui conviendra le mieux, et dans lequel elle pourra exprimer toutes ses qualités."

De son côté, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer se dit prêt à recevoir Mila et sa famille, a indiqué la secrétaire d’État chargée de l’Éducation prioritaire, Nathalie Elimas, sur France Bleu Isère ce vendredi, en marge d’une visite dans un collège de Charvieu-Chavagneux. "Mila et sa famille peuvent tout à fait rencontrer le ministre à leur convenance, il les accueillera au ministère s’ils le souhaitent", a-t-elle affirmé. La secrétaire d’Etat a ajouté que Jean-Michel Blanquer "suivait de près cette affaire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.