Le métier de professeur des écoles en Guyane

Reportage de France 3 en Guyane où sont mutés certains professeurs français.

FRANCE 3

Les professeurs des écoles formulent en ce moment leurs voeux pour une mutation. Certains sont envoyés en Guyane.

Comme à Taluen, village amérindien perdu en pleine forêt amazonienne. Une des écoles primaires accueille une cinquantaine d'enfants. L'uniforme, un pagne rouge traditionnel, est obligatoire. Pendant la récréation, les élèves jouent en ronde avec leur instituteur. Cela fait trois ans que Léon est en poste dans cette tribu. Sa mission est d'initier les enfants à la langue française. Il avait demandé sa mutation pour la Guyane un peu par hasard. Le plus dur pour lui au quotidien, c'est l'isolement, loin de Cayenne. Mais ils sont compensés par un cadre de vie idyllique.

Maîtrise insuffisante du français

Les Indiens, eux, voient d'un bon oeil l'instruction de leurs enfants. Lorsqu'ils ont terminé leur école primaire, les enfants de tous les villages amérindiens sont scolarisés en internat à Maripasoula. Ils s'y rendent en pirogue. Il n'y a qu'un seul collège dans cette ville de 10 000 habitants. Le programme est le même qu'en métropole. "Je n'aurais jamais imaginé venir ici, mais ça me plaît", explique à France 3 Fanny, une jeune enseignante. Le collège dispose de plus de moyens qu'en métropole afin d'augmenter le niveau des élèves. Car 70% des élèves de sixième ont ici un niveau de maîtrise insuffisant de la langue française.

Le JT
Les autres sujets du JT