Harcèlement scolaire : des avocats dans les classes pour libérer la parole des collégiens

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Ce jeudi 9 novembre est la Journée nationale contre le harcèlement scolaire. Le 13 Heures s'intéresse à une initiative qui fonctionne pour lutter contre ce fléau qui pousse certains enfants au suicide, la venue d'avocats dans les classes. Certains parviennent avec de bons mots à libérer la parole.
Harcèlement scolaire : des avocats dans les classes pour libérer la parole des collégiens Ce jeudi 9 novembre est la Journée nationale contre le harcèlement scolaire. Le 13 Heures s'intéresse à une initiative qui fonctionne pour lutter contre ce fléau qui pousse certains enfants au suicide, la venue d'avocats dans les classes. Certains parviennent avec de bons mots à libérer la parole. (France 2)
Article rédigé par France 2 - N. Poitevin, M. Selli, J. Pirès
France Télévisions
France 2
Ce jeudi 9 novembre est la Journée nationale contre le harcèlement scolaire. Le 13 Heures s'intéresse à une initiative qui fonctionne pour lutter contre ce fléau qui pousse certains enfants au suicide, la venue d'avocats dans les classes. Certains parviennent avec de bons mots à libérer la parole.

Il est venu leur parler d'un sujet qui les touche tous, de près ou de loin. En abordant le harcèlement devant 52 collégiens, maître Jérôme Gavaudan, avocat, espère bien susciter des réactions. "Quelle serait votre définition du harcèlement ? C'est quoi harceler quelqu'un ?" demande-t-il aux élèves. "C'est embêter quelqu'un à plusieurs reprises", répond un collégien. Il s'agit de mettre des mots, ensemble, sur des violences que la loi réprime sévèrement. "Un an de prison et 15 000 euros d'amende", rappelle l'avocat.

Un espace de confiance 

Des sanctions pénales lourdes qui suscitent des questionnements, comme dans le cas d'une usurpation d'identité. L'objectif de cette rencontre est aussi d'offrir un espace de confiance aux collégiens pour se livrer. Et le courage, le timide Lucas a su le trouver, en avouant pour la première fois avoir été harcelé du CP au CE2. Une intervention rare qui bénéfice à tous les élèves, selon l'avocat.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.