Éducation : l’école de la deuxième chance, celle des élèves déscolarisés

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Se réconcilier avec le français, les maths et les études : ce sont les objectifs des écoles de la seconde chance, alors que 100 000 élèves sont sortis du système scolaire sans aucune qualification. Reportage à Nice. -
Éducation : l’école de la deuxième chance, celle des élèves déscolarisés Se réconcilier avec le français, les maths et les études : ce sont les objectifs des écoles de la seconde chance, alors que 100 000 élèves sont sortis du système scolaire sans aucune qualification. Reportage à Nice. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - D.Brignand, F.Cerulli, T.Gauthier, H.Ayroulet
France Télévisions
France 2
Se réconcilier avec le français, les maths et les études : ce sont les objectifs des écoles de la seconde chance, alors que 100 000 élèves sont sortis du système scolaire sans aucune qualification. Reportage à Nice.

La journée commence à l’école de la deuxième chance à Nice (Alpes-Maritimes). Les élèves ont entre 16 et 25 ans. Tous sont sortis du système scolaire sans formation et sans diplôme. Parmi eux, il y a Hugo, 17 ans. C'est sa première semaine en cours. “Je me suis fait virer de partout”, précise-t-il. Savannah a, elle, aussi eu un parcours difficile. À 16 ans, elle fait sa rentrée. “Suite à un harcèlement, j’ai arrêté les cours. J'ai eu un blocage, je n’arrivais plus à rien”, détaille-t-elle.  

Un cadre structurant 

En arrivant ici, Savannah et Hugo ont signé un contrat. Financée par l’Etat et les collectivités locales, l’école de la deuxième chance fonctionne comme une entreprise. Tous les élèves sont rémunérés, les horaires sont à respecter. Il y a aussi une hiérarchie et les stages doivent être trouvés. Dès le début, les élèves sont accompagnés individuellement. Pendant toute la formation, Pascal Ayache sera le référent d’Hugo. “Ce sont des jeunes qui sont en grande recherche de cadre structurant, pas rigide, mais structurant”, explique-t-il.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.