Cet article date de plus de trois ans.

Parcoursup : c'est quoi ce test imposé aux élèves pour postuler en licence de droit ?

Depuis la mise en place de Parcoursup, les futurs étudiants en droit doivent remplir un questionnaire d'auto-évaluation. Mais beaucoup le jugent trop difficile pour les élèves. 

Article rédigé par
Juliette Campion - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des étudiantes manifestent à l'université de Nanterre le 12 novembre 2007. (MARTIN BUREAU / AFP)

Depuis lundi 15 janvier, la plateforme Parcoursup remplace l'impopulaire APB ("admission post-bac"). Mais les élèves souhaitant postuler en droit ont eu la surprise de découvrir une étape supplémentaire lorsqu'ils ont commencé à remplir leur candidature en ligne : un test de 25 questions à choix multiples (QCM), obligatoire pour pouvoir faire leurs vœux. Et son niveau de difficulté fait débat. Explications. 

Un test obligatoire, mais pas éliminatoire

Sur Parcoursup, les lycéens qui postulent en licence de droit, où qu'elle soit, doivent obligatoirement s'acquitter de ce QCM. Impossible de ne pas le remplir, mais il faut relativiser son importance car il s'agit seulement d'un test d'auto-évaluation. Il est censé permettre à l'élève de cerner son niveau par rapport aux attentes de la filière. Les résultats s'affichent une fois le questionnaire terminé sous forme d'une note sur 25 strictement confidentielle. Elle n'est pas communiquée aux universités visées par l'étudiant, comme le rappelle cet enseignant sur Twitter. 

Le questionnaire ,que vous pouvez réaliser ici si vous disposez d'un identifiant INE, Ocean ou Parcoursup, est composé de 25 questions réparties en cinq catégories qui reflètent les "attendus" de la filière droit. La première partie vise à évaluer les qualités rédactionnelles de l'étudiant, avec des questions axées sur l'orthographe. La deuxième étape propose une compréhension de texte à partir d'un article du Monde portant sur les enfants nés par gestation pour autrui (GPA) à l'étranger. Le texte du formulaire prévient : 

Un juriste passe de longues heures à lire : des textes de lois, des décisions de justice, des articles de doctrine… Le style de certains de ces textes est parfois, disons-le, assez hermétique !

Extrait du questionnaire de Parcoursup pour les candidats en licence de droit

La troisième partie propose de tester la logique de l'élève, puis c'est son niveau d'anglais qui est évalué, "un outil précieux" selon le questionnaire. Enfin, une dernière partie propose cinq questions de culture générale allant de la définition du concept de décentralisation à celle du libéralisme, en passant par le contenu du traité de Rome. "Un juriste doit connaître et s’intéresser à la société qui l’entoure", souligne la consigne.  

Le niveau des questions fait débat

Interrogée par franceinfo, Sophie Santraud, secrétaire générale de la fédération de l'enseignement Sgen-CFDT, a eu connaissance du test grâce à sa fille, en terminale, qui aimerait justement devenir juriste. "C'est loin d'être évident pour des élèves de 17-18 ans", affirme-t-elle, agacée : "On attend d'eux qu'ils aient déjà des connaissances avancées en droit." Marc Boninchi, maître de conférences à la faculté de droit de Lyon, est du même avis : "On confond les attendus du bac et les attendus de première ou deuxième année de fac de droit. Le texte sur la GPA, notamment, me paraît vraiment trop difficile", confie-t-il à franceinfo. 

S'il est très critique sur une partie du questionnaire, Marc Boninchi reconnaît que certaines questions sont "assez bien faites et intelligentes" et reflètent bien les attentes de la filière, notamment concernant l'orthographe, la syntaxe et la logique. Un avis que partage Simon Valloire, président de la fédération nationale des Associations représentatives des étudiants en sciences sociales (Ares) et étudiant en deuxième année de droit et anglais à Nancy. Il trouve le niveau du test plutôt équilibré : "J'ai fait le questionnaire et il ne me paraît pas franchement compliqué. Il faut juste bien lire, prendre son temps et n'importe quel élève de terminale peut répondre aux questions."

Une sélection qui ne dit pas son nom… 

"Ce questionnaire est très anxiogène. L'auto-évaluation de l'élève, c'est une sélection déguisée." Interrogée par franceinfo, Sophie Grosbon, maîtresse de conférences en droit à Paris-Nanterre et auteure d'une thèse sur la libéralisation de l'enseignement supérieur, est pour le moins sceptique vis-à-vis du nouveau questionnaire imposé aux lycéens qui postulent en licence de droit. 

Pour Sophie Grosbon, c'est la méthode de l'auto-évaluation qui pose problème. "Cette sélection déguisée est très violente. Le fait de ne pas se sentir suffisamment compétent risque de générer de l'autocensure chez certains élèves, qui ne postuleront pas dans la filière."

Un constat que partage Sophie Santraud, enseignante en sciences de la vie et de la terre au lycée : "Ce test va forcément en décourager certains. Ceux qui n'arriveront pas au bout ne vont sans doute même pas s'inscrire." Elle déplore le climat "anxiogène" que crée ce type de tests : "Les élèves sont déjà très stressés par le bac blanc, les délais pour remplir leurs vœux et l'énorme charge de travail qui pèse sur eux. On se retrouve à faire des réunions entre enseignants pour trouver un moyen de dédramatiser et rassurer les élèves."

… mais qui peut éviter les déceptions

Pour Simon Valloire, au contraire, "la démarche n'est pas de stigmatiser l'élève" mais de l'aider à mieux saisir les attentes de cette discipline. Pour lui, la filière est "idéalisée"

Il y a beaucoup de stéréotypes : les lycéens sont nombreux à penser que faire du droit, c'est forcément devenir avocat.

Simon Valloire

à franceinfo

C'est ce qu'illustre le témoignage d'une étudiante sur le site de l'Onisep. Elle confie qu'elle était très attirée par le droit lorsqu'elle était au lycée, mais que le contenu de la formation lui semblait flou. Simon Valloire précise : "C'est avant tout une licence où l'on travaille beaucoup. Il faut que les étudiants en aient conscience. Beaucoup sont déçus car ils ne s'attendaient pas à avoir autant de bachotage. Ils trouvent ça rébarbatif. L'intention derrière ce test est d'éviter les mauvaises surprises et que les étudiants sachent à peu près à quoi s'attendre." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Admission post-bac

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.