Abaya et menaces de mort sur un proviseur : le père encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Un proviseur menacé de mort par un parent d'élève qui portait une abaya.
Abaya et menaces de mort sur un proviseur : le père encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement Un proviseur menacé de mort par un parent d'élève qui portait une abaya. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T.Cuny, M.Vanoudendycke, L.Pastural, S.Cozzolino, C.de Chassey
France Télévisions
France 2
Un père a été placé en garde à vue puis libéré en attendant son jugement. Jeudi 7 septembre, il a proféré des menaces de mort contre le proviseur du lycée de sa fille, après qu'elle s'est vue refuser l'entrée dans l'établissement pour port d'abaya. Il encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement.

Depuis la matinée du vendredi 8 septembre, le proviseur d'un lycée de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) est placé sous protection policière, quelques heures après avoir refusé l'entrée d'une élève habillée en abaya en application de la directive du ministère de l'Éducation nationale. Le père de l'élève a été reçu une première fois lundi, sans incident, mais jeudi, le ton est monté et s'est transformé en menaces de mort, selon le chef de l'établissement.

Le père encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement

L'élève a été reconduite plusieurs fois cette semaine à l'extérieur du lycée à cause des tenues qu'elle portait. "Jeudi matin, à la grille, je lui ai de nouveau dit que sa tenue n'était pas autorisée. Donc elle est repartie et c'est là que son père, sans doute sous un gros coup d'énervement, a appelé pour proférer des menaces", a indiqué le proviseur dans le journal La Montagne. Des menaces prises très au sérieux par les autorités, avec, dans tous les esprits, l'assassinat de Samuel Paty. Placé quelques heures en garde à vue, le père de famille est ressorti libre sous contrôle judiciaire en attendant son jugement. Il encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.