Cet article date de plus de huit ans.

Ecotaxe : onze bornes et quatre portiques détruits

Le ministère des Transports a fait ses comptes : depuis le début de la contestation, quatre portiques ont été détruits en Bretagne, un autre retiré par précaution. Et 11 bornes ont été détruites, sans précision de lieu - l'une d'elles a ainsi été incendiée lundi soir dans les Landes. Ce sera à l'Etat de payer la facture : une fois installées, ces bornes sont sa propriété, rappelle la société qui les a posées, Ecomouv'.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

A terme, la France devait compter 173 portiques, et 200 bornes. C'est du moins ce qui était prévu pour contrôler l'écotaxe, sur les routes française. Avant les destructions, 163 portiques avaient été installés. Combien sont-ils aujourd'hui ? 159, si l'on en croit les chiffres du ministère des Transports.

Celui-ci a fait ses comptes. Depuis le début de la contestation contre l'écotaxe, onze bornes et quatres portiques - tous en Bretagne - ont été détruits. Un cinquième portique a été démonté par précaution dans la région. Quant aux bornes détruites, les autorités ne donnent pas leur localisation précise - on sait que l'une d'elles a été incendiée lundi soir dans les Landes, et qu'une autre l'avait été ce week-end dans le Nord.

Que va-t-il advenir désormais ? Ce sera à l'Etat de payer la facture. Ecomouv', la société qui a installé bornes et portiques, précise qu'une fois posées ces installations sont la propriété de l'Etat. Un portique coûte entre 500.000 et un million d'euros ; une borne, 250.000 euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.