Cet article date de plus de six ans.

Ebola : Air France ne dessert plus la capitale du Sierra Leone

Le gouvernement français avait recommandé à la compagnie aérienne française de suspendre "temporairement" ses vols vers Freetown, la capitale du Sierra Leone, en raison de l'épidémie de fièvre Ebola.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Paris recommande à la compagnie de suspendre ses vols vers Freetown © MXPPP)

Air France annoncé ce mercredi qu'elle suspend à partir de jeudi ses vols entre Paris et Freetown, la capitale du Sierra Leone, un des quatre pays africains touchés par un virus Ebola jugé "hors de contrôle".

Le gouvernement français lui en avait fait la recommandation un peu plus tôt en conseil des ministres. "Compte-tenu de l'évolution de l'épidémie et de la situation des systèmes de santé au Liberia et en Sierra Leone (...) les pouvoirs publics recommandent à la société Air France de suspendre temporairement sa desserte de Freetown ", précise le compte-rendu de cette réunion. En revanche, le gouvernement a estimé que "l'évaluation de la situation sanitaire en Guinée et au Nigeria invite à maintenir les dessertes dans ces deux pays ".

Un tiers des victimes au Sierra Leone

Certains salariés d'Air France embarqués sur des vols vers des destinations où le virus se répand avaient fait part de leur inquiétude en signant une pétition du Syndicat national du groupe demandant l'annulation de tous les vols vers des pays touchés. Plusieurs syndicats avaient appelé les navigants à refuser d'embarquer sur des vols vers Conakry, en Guinée, Freetown, et Lagos, au Nigeria.

L'épidémie a fait plus de 1.400 morts selon un décompte de l'Organisation mondiale de la santé, dont près du tiers en Sierra Leone.

 (Le dernier bilan, au 20 août © Idé)
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.