"Ce n'est pas le pays qui est machiste, c'est sa classe politique", dénonce l'ex-Première ministre Edith Cresson

Dans un entretien publié dimanche dans le "JDD", l'ex-locataire de Matignon, entre 1991 et 1992, souhaite "beaucoup de courage" à la future cheffe du gouvernement, si une femme venait à être nommée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Edith Cresson, le 15 octobre 2021 à Paris. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Une femme sera-t-elle nommée à Matignon ? Edith Cresson, la seule à avoir occupé le poste de Première ministre en France (entre mai 1991 et avril 1992), souhaite en tout cas "beaucoup de courage" à l'éventuelle future cheffe du gouvernement et fustige le "machisme de la classe politique" française dans un entretien publié dimanche 15 mai dans le Journal du Dimanche (article abonnés)

"Ce n'est pas le pays qui est machiste, c'est sa classe politique. Ce sont les mêmes attaques qu'aujourd'hui. On me prêtait des propos que je n'avais jamais tenus, on me lançait des critiques permanentes, on faisait des commentaires sur ma tenue vestimentaire", raconte l'ancienne dirigeante socialiste.

"On a même écrit un jour que mes bas étaient filés alors que j'ai une cicatrice sur la jambe due à un accident !

Edith Cresson, ancienne Première ministre

au "JDD"

"Le fait qu'il n'y ait qu'en France que la question" se pose de nommer une femme à Matignon est à ses yeux "scandaleux", relève l'ex-Première ministre, restée moins de 11 mois à ce poste, durant le second septennat de François Mitterrand. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egalité femmes-hommes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.