Le gouvernement dévoile un nouveau plan en faveur de l'égalité femmes-hommes

Présenté à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, ce plan d'une centaine de mesures porte notamment sur la prise en charge des victimes de violences, sur la santé et sur l'égalité professionnelle.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Elisabeth Borne participe à une rencontre avec des jeunes, le 3 mars 2023, à Matignon, à Paris. (GAUER PAULINE / SIPA)

Le gouvernement dévoile sa feuille de route jusqu'à la fin du quinquennat. Un plan 2023-2027 pour l'égalité entre les femmes et les hommes a été esquissé, mardi 7 mars, par les services de la Première ministre, à la veille de la présentation du texte par Elisabeth Borne en Conseil des ministres à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes du 8 mars. "Ambitieux et transversal", ce plan doté de "plusieurs centaines de millions d'euros" comprend une centaine de mesures réparties autour de quatre axes, selon Matignon : la lutte contre les violences faites aux femmes, la santé des femmes, l'égalité professionnelle et économique, ainsi que la culture de l'égalité. 

Parmi les mesures phares figure l'extension à tout le territoire des structures médico-sociales de type Maisons des femmes, qui permettent d'accueillir et de proposer une prise en charge globale aux femmes victimes de violences. "On en finance 56 aujourd'hui et on en vise le doublement", afin qu'il y en ait une par département, a exposé Matignon, lors d'un point presse. L'exécutif espère y "généraliser le recueil de plainte", afin d'améliorer le "taux très faible" de "une femme victime de violences sur quatre qui porte plainte".

Le gouvernement prévoie de mettre en place des "pôles spécialisés" dans l'ensemble des tribunaux afin de mieux traiter les violences conjugales. Les magistrats y recevront une formation spécifique et pourront notamment délivrer des ordonnances de protection immédiate, en moins de 24 heures, "au bénéfice de la victime de violences conjugales et ses enfants". Un fichier relatif aux auteurs et victimes de violences doit également être mis en place progressivement, à partir du second semestre 2023. Les sanctions encourues par les auteurs de viols en série seront alourdies et le délai de prescription en la matière sera prolongé.

Des mesures pour les jeunes et les parents célibataires

En ce qui concerne la santé des femmes, le gouvernement souhaite mieux prendre en charge les femmes qui vivent une fausse couche, en supprimant le délai de carence en cas d'arrêt de maladie et en leur proposant un accompagnement psychologique. Les préservatifs féminins pourront être remboursés pour les moins de 26 ans, au même titre que le sont déjà les préservatifs masculins. "Ils coûtent 15 fois plus cher que les masculins et sont méconnus", souligne Matignon, soucieux de donner du "choix" aux femmes. Un remboursement de produits périodiques réutilisables comme certaines culottes et coupes menstruelles a également été promis pour les moins de 26 ans.

Des mesures spécifiques concernent les mères célibataires, qui renoncent parfois aux soins faute de solution de garde de leurs enfants. Les parents isolés pourront bénéficier de "rendez-vous communs parent-enfant" et d'un dispositif de garde ponctuelle d'enfants en cas d'hospitalisation de jour ou de court séjour.

L'index égalité étendu à la fonction publique

Afin de favoriser l'égalité professionnelle, le gouvernement veut décliner l'index égalité dans la fonction publique, dès cet été pour la fonction publique d'Etat, et à l'été 2024 dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière. L'exécutif entend aussi assouplir les conditions pour bénéficier d'un congé de maternité ou de paternité, ramenant la durée d'affiliation à l'Assurance maladie à six mois au lieu de dix, à partir de juillet.

Pour créer une "culture de l'égalité" dès le plus jeune âge, le gouvernement veut récompenser les établissements scolaires "les plus vertueux" avec une labellisation sur l'égalité femmes-hommes. Le gouvernement souhaite que l'ensemble des établissements soient labellisés d'ici à la fin du quinquennat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.