Le robot Curiosity s'est posé sans encombre sur Mars

Le robot a touché le sol martien à 7h32, heure française. Il va désormais y chercher des traces de vie passée. 

Le robot Curiosity s\'est posé avec succès sur la planète Mars, le 6 août 2012. Il va y chercher des traces de vie. 
Le robot Curiosity s'est posé avec succès sur la planète Mars, le 6 août 2012. Il va y chercher des traces de vie.  (REUTERS)

SCIENCES - La pression était à son comble. Après un voyage de plus de huit mois à travers l'espace et 570 millions de kilomètres parcourus, le robot Curiosity s'est posé sans encombre sur Mars, lundi 6 août à 7h32 (heure française). Il va désormais pouvoir mener sa mission de deux ans, à savoir chercher des traces de vie passée (ou présente, qui sait ?) sur la planète rouge.

Les ingénieurs de l'Agence spatiale américaine (Nasa) ont explosé de joie à la réception du signal, envoyé par Curiosity. Certains petits rigolos ont même distribué quelques Mars (les barres chocolatées) à leurs collègues. 

Francetv info

FTVi vous dit tout de cet événement sans précédent. 

Comment s'est passé l'atterrissage ? 

L'opération s'annonçait très périlleuse mais tout s'est passé comme prévu. Au terme d'une descente de sept minutes et d'une entrée dans l'atmosphère à 21 000 km/h,  le robot Curiosity s'est posé non loin d'une haute montagne constituée de couches de sédiments, le Mont Sharp. Celle-ci se dresse sur une hauteur de 5 km au milieu du cratère Gale. Il a immédiatement envoyé des images de ses premiers pas sur la planète rouge, où l'on peut voir son ombre sur le sol martien : 

Voici l\'une des premières images envoyées par le robot Curiosity, après son arrivée sur Mars, le 6 août 2012. 
Voici l'une des premières images envoyées par le robot Curiosity, après son arrivée sur Mars, le 6 août 2012.  (REUTERS)

L'atterrissage était la phase la plus délicate de ce voyage de huit mois. Le robot d'une tonne était en effet trop lourd pour que son impact soit amorti par des sacs à air. Les ingénieurs ont donc planché sur une sorte de grue munie de rétrofusées, censée tenir l'engin à l'aide de cordes pendant les dernières secondes de sa descente. Un immense parachute supersonique de 21 mètres de diamètre a également permis de réduire la vitesse du robot, pour l'établir à 2,74 km/h. 

"Un exploit technologique sans précédent"

Le président américain, Barack Obama, a immédiatement réagit, en saluant "un exploit technologique sans précédent qui restera comme un jalon de fierté nationale à l'avenir". Il a aussi souligné que "[la] suprématie [américaine] - pas seulement dans l'espace, mais aussi sur Terre - dépend de notre capacité à continuer à investir avec discernement dans l'innovation, la technologie et la recherche fondamentale, ce qui a toujours fait que le reste du monde nous envie notre économie".

Par ailleurs, plus d'un millier de personnes ont applaudi lundi matin l'atterrissage réussi à la Cité de l'Espace de Toulouse, ville qui abritera un centre de contrôle de deux instruments situés à bord du Curiosity, ChemCam (Chemical Camera) et le chromatographe de SAM-GC. "Maintenant, l'aventure scientifique va commencer", a lancé Marc Pircher, directeur du Centre spatial de Toulouse. "La grande émotion, ce sera quand Curiosity enverra les premières données", a ajouté Martin Giard, directeur de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap).

Qu'est-ce qui attend Curiosity ? 

Le robot à six roues va désormais pouvoir commencer sa mission de deux ans. Alimenté par un générateur nucléaire, Curiosity va tenter de découvrir si l'environnement martien a pu être propice au développement de la vie microbienne. Pour cela, il possède de nombreux outils, notamment un mât avec des caméras à haute définition et un laser pour étudier des cibles jusqu'à sept mètres.

D'autres instruments scruteront l'environnement pour y chercher des molécules de méthane, un gaz souvent lié à la présence de la vie, déjà détecté sur Mars à certaines saisons. Le robot pourra également effectuer des prélèvements en perçant le sol, et les analyser. Les scientifiques de l'Agence spatiale américaine ont investi 2,5 milliards de dollars dans ce petit robot.