Mars : de nouvelles traces de méthane détectées par le robot Curiosity

La Nasa, qui reste prudente sur l'origine et les significations de la présence de ce gaz, doit mener des analyses complémentaires.

Une photo, publiée par la Nasa le 7 juin 2018, montre le robot Curiosity sur Mars.
Une photo, publiée par la Nasa le 7 juin 2018, montre le robot Curiosity sur Mars. (NASA / AFP)

Le robot Curiosity a détecté une importante concentration de méthane dans l'atmosphère de la planète Mars, mercredi 19 juin, rapporte le New York Times (en anglais). Selon le quotidien américain, la Nasa a décidé de mettre de côté les autres missions du robot durant le week-end, afin de réaliser des analyses complémentaires sur cette découverte.

Des traces de ce gaz avaient déjà été découvertes par diverses missions de l'agence spatiale américaine, au cours des quinze dernières années. En 2012, Curiosity n'était pas parvenu à détecter de méthane, mais le robot avait enregistré un pic soudain de ce gaz dans l'atmosphère martienne un an plus tard. Cette semaine, l'appareil de la Nasa a mesuré une concentration en méthane trois fois supérieure à celle de 2013, précise le New York Times.

Un gaz d'origine biologique ou géologique ?

Ces résultats intringuent les scientifiques de l'Agence spatiale américaine, car la présence de ce gaz pourrait être un signe de vie microbienne sur Mars. Sur Terre, le méthane est en effet généralement produit par des êtres vivants. Mais ce gaz peut également être le résultat d'une réaction géologique, et non biologique, rappelle un chercheur de la Nasa sur Twitter. "Une hypothèse est que le méthane sur Mars s'échappe d'anciens réservoirs sous-terrains", souligne-t-il. Il a précisé que ses équipes "continueraient d'analyser les données [de Curiosity] avant d'en confirmer les résultats".