Un papyrus vieux de 2 000 ans partiellement déchiffré grâce à l'intelligence artificielle

Le document, carbonisé lors de l'éruption du Vésuve en 79 de notre ère, a pu livrer une partie de ses secrets grâce au travail d'un professeur américain, d'un étudiant en informatique et de l'intelligence artificielle.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Capture d'écran de la chaine YouTube de l'université du Kentucky, College of Engineering. (University of Kentucky Pigman College of Engineering)

Il était carbonisé à cause des coulées de lave qui ont détruit la cité romaine d'Herculanum, en 79 de notre ère. Un papyrus vieux de 2 000 ans a pu être déchiffré, en partie, grâce à l'intelligence artificielle. Le document ayant été très endommagé par le feu, il ne peut être ouvert sous peine de le détruire définitivement. 

À l'origine du projet, il y a Brent Seales, un professeur de l'université du Kentucky, aux États-Unis et Luke Farritor, un étudiant en informatique de l'université du Nebraska. L'enseignant essaie de trouver depuis 20 ans un moyen de lire les papyrus les plus anciens, trop fragiles pour être déroulés, comme celui qui a été déchiffré. Pour arriver à ses fins, il développe un scanner capable de distinguer les zones enduites d'encre à l'intérieur du papyrus carbonisé. Il y ajoute un algorithme qui peut déchiffrer ce qui est écrit sur le papier. 

Avec ce professeur, il y a Luke Farritor, étudiant en informatique de 21 ans. Il passe plusieurs mois à améliorer ce programme d'intelligence artificielle dans le cadre du challenge Vesuvius, un concours lancé par l'équipe de Brent Seales. Ses travaux paient le 10 août dernier quand l'étudiant apprend lors d'une soirée entre amis qu'il vient de déchiffrer le mot "porphyras" (violet, en grec).

Des années de recherche pour 10 lettres

"Un samedi soir, très tard, j'étais à une soirée, raconte l'étudiant de 21 ans dans une vidéo, j'ai reçu un message d'un collègue du Vesuvius Challenge qui disait : 'On vient juste de recevoir ce nouveau papyrus, ça a l'air intéressant, il a les motifs dont on a parlé'. Je me suis dit que ça avait l'air intéressant. Je me suis assis dans un coin avec mon téléphone et j'ai envoyé un message : s'il te plaît, lance l'algorithme sur cette pièce. Puis j'ai éteint mon téléphone et je suis passé à autre chose." Il raconte la suite : "Je rentre chez moi, vers 1 heure du matin, je rallume mon téléphone et je vois sur l'écran des lettres en grec s'afficher, pas aussi clairement que ça, mais je les vois."

"J'étais complètement déboussolé, j'ai failli pleurer."

Luke Farritor, étudiant qui a partiellement déchiffré le papyrus

à la chaine YouTube de l'université du Kentucky

Grâce à cette découverte, l'étudiant a gagné 40 000 dollars via le programme Vesuvius et permis une avancée considérable. "Il y a forcément un peu d'émotion, raconte le professeur Brent Seales, dans cette même vidéo. (...) Un des plus éminents papyrologues du monde va lire ce document dont les gens estimaient qu'il n'était pas possible de le lire parce qu'il était trop difficile d'en extraire le texte. Et aujourd'hui, on parle justement de ce texte."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.