Cet article date de plus de neuf ans.

Bouygues Telecom : jusqu'à 20% des effectifs supprimés ?

Ce sont les syndicats qui l'affirment : fragilisé par la fusion SFR-Numericable, Bouygues Telecom doit faire des économies. 300 millions d'euros d'ici 2016. Et cela passe par des suppressions de postes : 1.500 à 2.000 suppressions seraient annoncées lors d'un comité central d'entreprise prévu dans l'après-midi.
Article rédigé par Julie Bloch-Lainé
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Bouygues Telecom va annoncer des suppressions de postes draconiennes © REUTERS/Eric Gaillard)

Entre 1.500 et 2.000 postes supprimés, sur les 9.000 que compte le groupe : le patron de Bouygues Telecom lui-même l'a confirmé. L'opérateur compte proposer d'abord des départs volontaires et des reclassements, mais n'excluerait pas des licenciements si nécessaire.

Premiers touchés, les salariés du marketing ou de l'informatqiue ; ceux des boutiques ou des centres d'appel en revanche seraient épargnés. Et Bouygues Télécom veut aller vite : tout devrait être bouclé d'ici la fin de l'année.

L'opérateur veut faire des éconnomies. Mais pour se redresser, il compte aussi gagner des clients. Il va donc simplifier ses offres mobiles - il y a aujourd'hui environ 700 forfaits différents, il n'y en aura plus qu'une dizaine.

Le téléphone fixe en ligne de mire

Surtout, Bouygues Telecom veut s'imposer sur le téléphone fixe. Sa stratégie : baisser les abonnements d'environ dix euros, et bousculer le marché du fixe - comme Free l'a fait pour le mobile. 

Avec ce plan, Bouygues Telecom espère resister seul, et repousser le moment où il sera contraint de s'allier avec l'un de ses concurrents, comme Free ou Orange.

 

 

Des suppressions de postes sont inacceptables, martèle Azzam Ahdab, délégué central syndical CFDT chez Bouygues Telecom

 

 

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.