Après l'incident de Soyouz, quelles sont les conséquences pour la Station spatiale internationale ?

Les fusées russes Soyouz qui sont les transporteurs exclusifs de tous les astronautes de la planète vers l'ISS depuis 2011 sont clouées au sol jusqu'à la conclusion de l'enquête.

La fusée Soyouz décolle de Baikonour (Kazakhstan), le 11 octobre 2018.
La fusée Soyouz décolle de Baikonour (Kazakhstan), le 11 octobre 2018. (REUTERS)

Une grosse frayeur lors d'un incident rarissime. A peine deux minutes après le décollage de la fusée Soyouz au Kazakhstan, jeudi 11 octobre, un problème lors de la séparation des premier et deuxième étages de l'appareil a provoqué l'extinction d'un moteur. La capsule dans laquelle avaient pris place les deux astronautes Nick Hague et Alexeï Ovtchinine a alors été expulsée, puis a entamé un brutal retour sur Terre, où elle s'est posée. Les deux hommes sont revenus indemnes mais secoués sur Terre.

Conséquence : la compagnie de taxi pour Station spatiale internationale (ISS) ne prend plus de passagers jusqu'à nouvel ordre. Les fusées russes Soyouz qui sont les transporteurs exclusifs de tous les astronautes de la planète vers l'ISS depuis 2011 sont clouées au sol jusqu'à la conclusion de l'enquête diligentée par l'agence spatiale russe sur les causes de cette défaillance. 

Combien de temps peut durer cette suspension?

Le prochain lancement d'une fusée Soyouz avec trois nouveaux membres d'équipages vers l'ISS était prévue le 20 décembre, mais tous les vols ont été suspendus le temps de l'enquête. Personne ne s'avance sur une durée. "Que ce soit deux ou six mois, je ne veux pas spéculer", dit Kenny Todd, de l'équipe ISS de la Nasa.

Au minimum, la suspension devrait durer "plusieurs mois", assure à Erik Seedhouse, professeur à l'université aéronautique Embry-Riddle en Floride. Il rappelle que des vaisseaux Progress, transportant uniquement du matériel mais dont les lanceurs sont similaires à la fusée qui a eu un problème jeudi, avaient connu des déboires en 2015. "Dans le cas présent, il s'agit de véhicules habités, donc les enquêtes devront être encore plus rigoureuses", explique l'expert américain.

Est-ce grave pour les occupants de l'ISS ?

Pas d'inquiétudes en termes de vivres, l'équipage peut durer de nombreux mois, et l'ISS est régulièrement ravitaillée par des missions cargo japonaise et américaine.

En revanche, il n'est pas exclu que les trois membres d'équipage actuels de l'ISS, l'Allemand Alexander Gerst, l'Américaine Serena Aunon-Chancellor et le Russe Sergueï Prokopiev, doivent rester plus longtemps que prévu, alors qu'ils devaient rentrer en décembre.

En  général, l'ISS a cinq ou six spationautes à bord, pour des missions d'environ six mois. Ils se relaient et l'ISS a ainsi été continuellement habitée depuis novembre 2000. Mais les trois astronautes ne pourront pas retarder leur retour au-delà de janvier. Car le vaisseau leur permettant de revenir sur Terre, qui est déjà amarré à l'ISS, a une limite d'environ 200 jours à partir de l'amarrage en juin dernier, en raison des batteries installées à bord. La date-limite pour un retour sur Terre est donc en janvier.

Mais que se passe-t-il si la station est vide ?

C'est un vrai casse-tête pour les Etats-Unis, qui ont comme politique d'avoir une présence continue dans l'espace. Même si l'ISS est capable de voler sans présence humaine, pendant "une longue période", selon la Nasa, une interruption serait désastreuse en termes d'images. Ce serait aussi très dommageable pour les nombreux travaux de recherche à bord de l'ISS, qui est un véritable laboratoire scientifique.