Une femme décède après s’être fait injecter du venin d’abeille

Une femme qui avait régulièrement recours à l’apipuncture – la thérapie par injection de venin d’abeille – est décédée des suites d’une grave anaphylaxie.

L’apipuncture, une \"thérapie\" à base d’injections de venin d’abeille, est pratiquée dans des cliniques privées.
L’apipuncture, une "thérapie" à base d’injections de venin d’abeille, est pratiquée dans des cliniques privées. (©Fotolia)

Gare à l’apipuncture ! Cette "thérapie" à base d’injections de venin d’abeille – encensée par les célébrités – a récemment provoqué la mort d’une Espagnole de 55 ans. Celle-ci y avait recours depuis deux ans, une fois par mois. Pendant une session, la patiente a soudainement ressenti des difficultés respiratoires, puis a perdu connaissance. Les médecins lui ont diagnostiqué une grave anaphylaxie, qui a entraîné un AVC, un coma et une défaillance multiviscérale, expliquent les chercheurs du département allergies de la Madrid University Hospital dans le Journal of Investigational Allergology and Clinical Immunology. La femme est décédée deux semaines plus tard.

Pas d'effets bénéfiques contre la sclérose en plaques

C’est le premier décès dû à l’apipuncture recensé chez une personne a priori tolérante aux piqûres. La patiente n’avait en effet jamais fait d’asthme, jamais eu de maladies cardiaques, ni de réaction allergique. Elle avait recours à l’apipuncture pour soigner ses contractures et son stress.

Le principe de cette "thérapie" est simple : les piqûres d’abeille entraînent une inflammation, qui provoque à son tour une réaction anti-inflammatoire, déclenchée par le système immunitaire. Selon ses adeptes, l’apipuncture peut soigner l’arthrite et la sclérose en plaques. Néanmoins, la National Multiple Sclerosis Society (NMSS), une organisation américaine qui vient en aide aux malades de sclérose en plaques, met en garde contre cette "médecine alternative". Car d’après une étude qu’elle a publiée en 1998, le venin d’abeille n’a pas d'effets bénéfiques contre la progression de cette maladie. Des résultats corroborés par une étude publiée en 2005 dans la revue Neurology, qui n'a pu prouver aucun effet de l’apipuncture sur la sclérose en plaques.

Sujet diffusé le 7 juillet 2012.

"Des réactions graves ou fatales chez les individus sensibles"

D’après les chercheurs qui ont révélé la mort de la patiente espagnole, "les risques de l’apipuncture peuvent dépasser les bénéfices présumés, ce qui nous pousse à conclure que cette pratique est à la fois dangereuse et déconseillée." D’après Amena Warner, la directrice de Clinical Services for Allergy UK, la plus grande organisation spécialisée dans l’aide aux personnes souffrant d’allergies, "l’opinion publique doit prendre conscience des dangers de l’usage non conventionnel des allergènes comme le venin d’abeille". Selon elle, "cela génère un risque important, et peut entraîner des réactions graves ou fatales chez les individus sensibles".

Certaines célébrités font pourtant la promotion de cette pratique, comme l’actrice Gwyneth Paltrow, qui expliquait au New York Times en 2016 que l’apipuncture était "assez incroyable" pour se débarrasser des inflammations. Et qui affirmait sur Goop, son site Internet dédié au bien-être, que le venin d'abeille avait fait disparaître une de ses "vieilles blessures". Un site sur lequel l'actrice recommande notamment les services d'astrologues ou de chamans, et où elle vante les vertus d'un traitement par cristaux... pour la modique somme de 1500 dollars.