Les Français font très largement confiance à la vaccination

Selon une enquête de Santé Publique France, les trois quarts des Français ont une opinion "plutôt favorable" ou "très favorable" des vaccins. Ceux à destination des enfants ne rencontrent guère de détracteurs.

Les Français font très largement confiance à la vaccination
Les Français font très largement confiance à la vaccination

En 2016, 75,1% des Français se sont dits "plutôt favorables" à la vaccination en général selon le Baromètre Santé  2016 publié par le BEH le 19 octobre. C'est un peu moins qu'en 2014 (78,8%), mais beaucoup plus qu'en 2010 (61,2%). Cette année-là, la confiance des Français dans les vaccins avait été mise à mal par les polémiques qui avaient suivi la gestion de la grippe A(H1N1). À titre de comparaison, en 2001, le niveau de confiance s'établissait autour de 90%.

Emergence de l'"hésitation vaccinale"

Les auteurs de l'étude observent "qu'à âge équivalent, les parents d’enfant(s) âgé(s) de 1 à 15 ans présentent un meilleur assentiment envers la vaccination que les personnes sans enfants de cet âge." La confiance à l'égard des vaccins est, par ailleurs, "socialement différenciée" : "elle est notamment plus importante parmi les personnes ayant les niveaux de diplômes et les revenus [...] les plus élevés".

Évitant tout manichéisme, les chercheurs soulignent que le comportement "d'hésitation vaccinale" revêt de muliples attidues "intermédiaires entre les « pro-vaccinations » et les « anti »", dans le grand public comme auprès des professionnels de santé. Certains vaccins suscitent plus de méfiance que d'autres. 41,5% des sondés déclarent être défavorables "à une ou plusieurs vaccinations en particulier", un pourcentage en baisse par rapport à 2014 (44,9%) et à 2010 (53,2%). Les auteurs notent que ce taux atteint 31,6% chez les personnes "plutôt ou très favorables à la vaccination".

Seulement 2,4% d'anti-vaccins radicaux

Seule 2,4% de la population interrogée dit être défavorable à la totalité des vaccinations, un taux "stable depuis 2010". Le profil de ces anti-vaccins "radicaux" est majoritairement celui d'hommes, peu diplômés, âgés de 25 à 34 ans, et/ou sans jeunes enfants.

Les vaccins à destination des nourrissons n'ont guère de détracteurs, DTP, ROR, et BCG recueillant moins de 2% d'avis défavorables. "Toutefois", précisent les auteurs, "les vaccinations DTP et la vaccination ROR sont les seules pour lesquelles une (légère) augmentation des réticences est observée entre 2014 et 2016 (respectivement de 1,1% à 1,5% et de 1,2 % à 1,7 %)."

Grippe, hépatite B et papillomavirus gardent mauvaise presse

La vaccination contre la grippe saisonnière est celle qui recueille le plus d’opinions défavorables en 2016 (15,4%, en amélioration de près de 4 points depuis 2014). La vaccination contre l’hépatite B, en dépit des preuves de son efficacité et de son inoccuité, continue de jouir d'une mauvaise image (13,0%). Les vaccins contre les infections à papillomavirus humains (Gardasil...) ne préoccupent que 5,8% de sondés (7,7% en 2014). "Les profils des personnes défavorables aux vaccinations contre l’hépatite B et contre les HPV sont très proches : ce sont principalement des personnes disposant de revenus et de diplômes élevés, les personnes âgées de 45-54 ans, et les femmes", observent les auteurs de l'étude.

Les auteurs notent enfin une importante variabilité régionale dans l'adhésion vaccinale, allant de 79,8% en région Centre-Val-de-Loire à 70,5% en Occitanie. Cette diversité "est cohérente avec les données de couvertures vaccinales disponibles", constatent les chercheurs. "Les régions du quart sud-est de la France, qui apparaissent comme les moins favorables à la vaccination en général, sont aussi les régions où l’on observe les taux de couvertures vaccinales les plus bas, par exemple pour la vaccination ROR ou la vaccination contre le méningocoque C.

la rédaction d'Allodocteurs.fr

Source : Gautier A, Chemlal K, Jestin C et le groupe Baromètre santé 2016. "Adhésion à la vaccination en France : résultats du Baromètre santé 2016." Bull Epidémiol Hebd. 2017;(Hors-série Vaccination): 21-7.