La société Carmat va procéder à de nouvelles implantations du cœur artificiel en France

La précédente étude avait atteint ses objectifs, malgré la mort des quatre receveurs.

Le cœur artificiel Carmat, photographié le 24 septembre 2009.
Le cœur artificiel Carmat, photographié le 24 septembre 2009. (FRANCK FIFE / AFP)

Carmat va continuer de développer son projet de cœur artificiel. La société a annoncé, mercredi 13 juillet, avoir obtenu l'aval des autorités françaises pour démarrer son étude pivot. Cet essai clinique final doit lui permettre d'obtenir à terme le marquage CE, nécessaire pour la commercialisation en Europe. 

Cette étude pivot doit en effet porter sur "20 à 25 patients suivis à 180 jours" dans dix centres d'implantation en Europe, a indiqué Carmat. Cette étude doit inclure des patients "éligibles à la transplantation dont la probabilité d'obtenir un greffon est très faible".

La précédente étude, dite "de faisabilité", avait été menée sur quatre patients de fin 2013 à début 2016 en France. Elle concernait exclusivement des patients souffrant d'insuffisance cardiaque en phase terminale. Ils sont tous morts, mais l'objectif d'une survie à 30 jours après l'implantation (pour au moins la moitié d'entre eux) avait été atteint.