Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Hôpital public : quand les soignants deviennent des ouvriers de la santé

Que se passe-t-il au CHU de Toulouse ? Pourquoi ces suicides de soignants dans un hôpital classé parmi les meilleurs depuis sa création ? A travers l'un de ses fleurons, "Envoyé spécial" a mené l'enquête sur un secteur public en état d'urgence. Extrait.

Voir la vidéo
ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Au CHU de Toulouse, pourtant classé parmi les tout premiers hôpitaux de France, quatre soignants ont mis fin à leurs jours pendant l'été 2016. "Envoyé spécial" a mené l'enquête sur un secteur public en état d'urgence.

Comment en est-on arrivé là ? Quelles sont ces méthodes de gestion que les établissements hospitaliers durcissent pour réduire leurs déficits ? Un rapport de 2016 sur la situation du CHU de Toulouse pointe un management "délétère, déficient, trop autoritaire" et dénonce des pressions sur le personnel pour qu'il en fasse toujours plus.

Des processus managériaux "extrêmement pervers"

Concrètement, comment s'y prend-on pour faire tourner une équipe avec un soignant en moins ? C'est simple, explique l'expert Jean-Claude Vaslet. "Au détour d'une absence dans une équipe, on dit aux agents 'Réunissez-vous, discutez entre vous, organisez-vous de manière à pallier cette absence, parce que l'hôpital n'a plus les moyens de remplacer. Donc on ne remplacera pas, débrouillez-vous pour que ça marche'..." L'équipe s'organise pour répartir cette surcharge de travail, ce qui permet de lui faire passer ce message : "Vous voyez bien que vous êtes capables de travailler à moins un..." Ainsi se met en place un cycle infernal et culpabilisant, qui sous-entend "si vous n'y arrivez pas, c'est votre faute".

Des méthodes inspirées de l'industrie automobile

Le même rapport constate "une augmentation du volume des patients, au détriment du temps passé avec chaque patient". Il pointe "une industrialisation des organisations de travail". Au CHU de Toulouse, les soignants sont devenus des ouvriers de la santé. Les méthodes de management de l'hôpital sont adaptées de celles du travail à la chaîne dans l'industrie automobile, chez Toyota. Objectif : des gains de productivité toujours plus élevés.

Extrait de "Hôpital public, la loi du marché", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 12 avril 2018.

ENVOYÉ SPÉCIAL  / FRANCE 2. 12 avril 2018
ENVOYÉ SPÉCIAL  / FRANCE 2. 12 avril 2018 (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)