Politique : Jean Castex, un "couteau suisse" devenu Premier ministre

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Politique : Jean Castex, un "couteau suisse" devenu Premier ministre
France 2
Article rédigé par
J.Wittenberg, A.Boutet, M.Felix, S-M.Auvray, M.Anglade, V.Buu - France 2
France Télévisions

La France n'est "pas sorti de l'auberge", a déclaré, décontracté, le Premier ministre Jean Castex durant une interview avec Samuel Etienne sur la plateforme Twitch, dimanche 14 mars. En première ligne face au Covid-19, le Gersois a su progressivement imposer son style. 

L'expérience Covid a-t-il changé Jean Castex ? Solennel il y a huit mois sur le perron de Matignon, le Premier ministre apparait décontracté, dans la soirée du dimanche 14 mars, au cours d'une interview sur Twitch, la plateforme star des adolescents. Pas si étonnant puisque selon ses partisans, Jean Castex a pour rôle d'être "presque partout, presque tout le temps". Apres avoir visité un centre de vaccination dans les Deux-Sèvres durant la matinée du samedi 13 mars, il s'est rendu l'après-midi en Seine-Saint-Denis dans un hôpital privé. Le style Castex a-t-il fini par s'imposer ? "Gaulliste social comme il s'est défini à son arrivée, ce n'était pas vraiment moderne, estime un parlementaire de la majorité. J'avoue que son style un peu improbable a fini par me séduire." 

Une force tranquille ? 

Selon un député LREM, Jean Castex, qui "prend toutes les balles", n'est "pas là pour le coup d'après" et "fait son boulot à fond". Un avis partagé par le président du Modem, François Bayrou, qui estime que le Premier ministre "se cogne le réel et fait face à ce réel". Cela suffit-il à imposer ses choix ? "Techniquement, c'est un gros bosseur, donc son autorité est respectée", constate un de ses ministres, qui estime néanmoins que "politiquement, face à des poids lourds comme Darmanin ou Le Maire, son autorité est faible". Jean Castex a toutefois un pouvoir dont il sait faire usage. "Il peut décrocher son téléphone pour engueuler les gens", rappelle un membre du gouvernement, avant de préciser : "Comme il le fait avec l'accent, on a l'impression que c'est moins grave, mais il n'en est rien". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.