Cet article date de plus d'un an.

Santé : l’usage détourné d’un antidiabétique inquiète

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Santé : l’usage détourné d’un antidiabétique inquiète
Article rédigé par France 3 - A.-C. Roth, A. Tribouart, S. Soubane, E. Delevoye, France 3 Toulouse, R. Laurentin
France Télévisions
France 3
L’Ozempic, un antidiabétique, est utilisé par des femmes comme coupe-faim pour perdre du poids. L’Agence de sécurité du médicament a lancé une alerte demandant aux pharmaciens de signaler toute ordonnance suspecte.

C’est la dernière astuce minceur qui fait fureur sur TikTok. Un médicament prescrit pour les diabétiques est détourné pour perdre les kilos superflus. Aux États-Unis et en France, des influenceuses vantent ses effets coupe-faim. Conséquence, depuis quelques semaines, un pharmacien parisien voit arriver de nouvelles clientes, munies d'ordonnances suspectes. “Il y a un suivi médical, ce n'est pas l’animatrice TikTok qui va faire le suivi, qui va voir si vos reins marchent bien”, dit-il.

L’Agence de sécurité du médicament lance une alerte

Prise à long terme, la molécule pourrait être dangereuse avec des pancréatites ou des cancers de la thyroïde. Jean François Thiébaut, diabétique, prend de l’Ozempic depuis deux ans. “Si je n’ai plus ce médicament, non seulement mon diabète va être déséquilibré, mais en plus, je risque de faire un infarctus ou un accident vasculaire cérébrale”, dit l’homme qui redoute une pénurie. L’Agence de sécurité du médicament lance une alerte, l’Ozempic est destinée aux diabétiques et à eux seuls.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.