Cet article date de plus d'un an.

Médecins : certains praticiens choisissent de se déconventionner

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Médecins : certains praticiens choisissent de se déconventionner
Médecins : certains praticiens choisissent de se déconventionner Médecins : certains praticiens choisissent de se déconventionner (France 3)
Article rédigé par France 3 - T. Leriche, C. Laronce, F. Bohn, C. Hilary, E. Marot, A. da Silva
France Télévisions
France 3
Des médecins généralistes menacent de sortir du système de déremboursement de l’Assurance maladie. Ils réclament une revalorisation de la consultation à 50 euros. Les associations de patients dénoncent cette revendication.

Des médecins généralistes se sont réunis à Paris pour discuter de la sortie du système de déremboursement de l’Assurance maladie. Une praticienne a déjà sauté le pas : "Après plus de 12 ans de statut étudiant, me retrouver en difficulté financière et en souffrance dans mon travail, ce n’était pas possible." Certains réclamaient une revalorisation de la consultation à 50 euros. L’Assurance maladie leur a proposé 26,50 euros, voire 30 euros. Une offre jugée insuffisante.

Un choix critiqué par les patients

Une séance conventionnée secteur 1 est fixée à 25 euros, presque totalement remboursés. Une séance en secteur 2 est remboursée à hauteur de 23 euros. Les médecins déconventionnés fixent leurs tarifs. L’association de patients France Assos Santé redoute un accès inégalitaire aux soins : "[Les patients] seront servis, soignés, en fonction des moyens qu’ils pourront payer", déclare Gérard Raymond, son président. Sur 110 000 généralistes, seuls 500 sont déconventionnés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.