VIDEO. Lutte contre l'anorexie : dans les coulisses de l'hôpital Sainte-Anne

L'anorexie est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans en France. À l'hôpital Sainte-Anne, un service est intégralement dédié à combattre cette maladie.

France 3

"Faut-il manger pour guérir, ou guérir pour pouvoir recommencer à manger ?" interroge Amélie Delloye journaliste de France 3 dans les couloirs du centre de la prise en charge des anorexiques de l'hôpital Sainte-Anne de Paris. 600 000 personnes en France, essentiellement des femmes, souffrent de cette pathologie mentale. "Des enfants, des adolescents mais aussi beaucoup d'adultes qui peinent à trouver une solution de soins adaptée", explique la journaliste. 

État de dénutrition avancée

"On s'habitue à un corps maigre", explique une des patientes, qui n'arrive pas à estimer sa réelle corpulence quand on lui montre des photos. "Retrouver des formes, c'est quelque chose qui fait plaisir mais qui fait peur aussi." Ne pas arriver à percevoir son corps par rapport à la réalité, un symptôme typique de l'anorexie, qui perturbe le comportement alimentaire. Ceux qui arrivent sont en état de dénutrition avancée. Avant les soins, ils doivent recommencer à s'alimenter.


Réconcilier les patients avec leur image, à Sainte-Anne, cela passe souvent par l'art-thérapie. Si on ne guérit jamais vraiment, les patients apprennent à gérer la maladie. Et cela peut prendre des années. Les psychiatres de Sainte-Anne savent qu'ils ne peuvent pas se fier à l'apparence physique de leurs patients. Face aux demandes, l'hôpital a du mal à répondre. Plusieurs mois d'attentes sont souvent nécessaires avant d'y être hospitalisé.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'anorexie touche neuf filles pour un garçon.
L'anorexie touche neuf filles pour un garçon. (AMELIE-BENOIST / AFP)