Cet article date de plus de quatre ans.

Cas de méningite à Dijon : les professionnels de santé appelés à être vigilants après la mort de deux étudiants

Trois cas d'infection invasive à méningocoque, qui a fait deux morts chez des étudiants de l'université de Bourgogne-Franche-Comté, inquiètent l'Agence régionale de santé qui, dans un communiqué publié vendredi, appelle les professionnels de santé à être vigilants.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des pharmaciens distribuent des médicaments à des étudiants à Lyon, en avril 2008. (FRED DUFOUR / AFP)

Trois cas d’infection invasive à méningocoque ont été déclarés entre octobre et décembre 2016 chez des étudiants de l’université de Bourgogne-Franche-Comté. Deux d’entre eux sont morts, tandis que l'état de santé du troisième évolue favorablement. L’Agence régionale de santé (ARS) appelle les professionnels de santé à la vigilance, dans un communiqué publié vendredi 23 décembre, rapporte France 3 Bourgogne.

"La survenue sur une période de deux mois, de trois cas au sein du milieu étudiant, chez des jeunes adultes de la même classe d’âge, retient l’attention des autorités sanitaires", indique l'ARS qui précise avoir "procédé à la recherche des personnes ayant eu des contacts proches et répétés avec les étudiants, pour leur recommander une prophylaxie antibiotique et une vaccination".

Les professionnels de santé doivent être vigilants

L'Agence régionale de santé a également informé les professionnels de santé de cette situation. L'objectif est qu'ils aient "une vigilance particulière vis-à-vis de patients présentant des signes évocateurs de la maladie". Le méningocoque est un germe qui se transmet par gouttelettes de salive. Cependant, très fragile, il ne survit pas dans un lieu. Il n'est donc pas nécessaire de désinfecter des locaux fréquentés par un malade.

Les infections invasives à méningocoques sont des maladies rares en France. La méningite est la forme la plus fréquente. Elle se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque accompagnée de vomissements et d’une gêne à la lumière. D’autres signes, en particulier digestifs ou articulaires, peuvent survenir. En cas de doute, il faut consulter sans délai son médecin traitant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maladie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.