Vidéo Vaccin contre le Covid-19 : "On a beaucoup d'espoir, c'est le seul moyen de prévention et de contrôle de l'épidémie", explique Karine Lacombe

Publié
Article rédigé par
Radio France

La campagne de vaccination contre le Covid-19 va commencer le dimanche 27 décembre dans tous les pays de l'Union européenne, dont la France.

Le vaccin contre le Covid-19 "est un grand motif d'espoir", a expliqué, jeudi 24 décembre, sur franceinfo Karine Lacombe, chef du service de maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, alors que la campagne de vaccination va débuter le 27 décembre en France, et dans tous les pays de l'Union européenne. "C'est très important que, symboliquement, ça commence dimanche dans tous les pays européens", indique l'infectiologue.

Karine Lacombe insiste sur l'importance d'une concertation européenne pour lutter contre l'épidémie de coronavirus : "Il est évident que si un seul pays vaccine et pas les autres, cela ne peut pas freiner l'épidémie puisqu'on est tous en interaction. Alors c'est important cette vaccination et on a beaucoup d'espoir", explique t-elle.

Attendre l'été pour voir les premiers résultats

"Le vaccin comme moyen de prévention et de contrôle de l'épidémie est la seule solution satisfaisante qui s'offre à nous, explique Karine Lacombe. Sans vaccin, on peut être des années et des années dans cette épidémie." Selon elle, avoir déjà contracté le Covid-19 ne permet pas d'être protégé durablement : "Les protections ne semblent pas si longues chez une majorité de personnes qui se contaminent et qui sont asymptomatiques."

Une immunité collective qui freinerait la propagation du virus semble complètement irréalisable.

Karine Lacombe, infectiologue

à franceinfo

Elle estime qu'il faut attendre l'été pour voir les premiers résultats du vaccin. "Ça va dépendre du scénario et de la croissance de l'épidémie, explique l'infectiologue. Il faut quand même se donner six mois pour une campagne de vaccination massive comme celle-ci." Une campagne de vaccination qui pose d'énormes problèmes logistiques, selon Karine Lacombe : "On y réfléchit depuis quelques semaines. Comment va-t-on vacciner ? Qui va-t-on vacciner et où ? C'est vraiment des enjeux extrêmement importants, des enjeux logistiques qui n'ont jamais été rencontrés jusqu'à maintenant."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.