Vaccins contre le Covid-19 : Le couple de chercheurs derrière la société BioNTech

On saura aujourd'hui si le vaccin contre le Covid-19 du laboratoire allemand BioNTech associé à l’américain Pfizer est autorisé en Europe.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Özlem Türeci (à gauche) et Uğur Şahin (à droite) (GERMAN CHANCELLERY / POOL / ANADOLU AGENCY VIA AFP+ ANDREAS ARNOLD / DPA / AFP)

L’Agence européenne du médicament (AEM) basée à Amsterdam aux Pays-Bas doit rendre son avis lundi 21 décembre pour une autorisation de mise sur le marché du vaccin Pfizer-BioNTech contre le coronavirus avec l’objectif de débuter la vaccination à partir du dimanche 27 décembre dans les 27 pays de l’Union. En cas de feu vert, la Commission européenne donnera ensuite son autorisation dans les deux jours qui viennent.

De la start-up au laboratoire côté au Nasdaq

Ce vaccin prometteur, c’est l’histoire d’un couple de chercheurs allemands d’origine turque : Uğur Şahin et Özlem Türeci, fondateurs en 2008 de la société BioNTech. Aujourd’hui, côté au Nasdaq, ce laboratoire pharmaceutique pèse plus de 25 milliards de dollars, soit cinq fois plus qu’il y a un an.

Le professeur Ulrich Förstermann est un témoin privilégié du succès de BioNTech. Il a rencontré le couple formé par Uğur Şahin et Özlem Türeci au début des années 2000, quand ils sont arrivés à la faculté de médecine de Mayence, dont Ulrich Förstermann est aujourd’hui le directeur scientifique. Il se souvient avoir immédiatement été "impressionné par leur précision de la présentation de leurs recherches. C'était exceptionnel." 

Multimilliardaire et toujours enseignant à l'université

C’est grâce au soutien de l’université de Mayence que le couple de chercheurs installe BioNTech dans un beau bâtiment tout neuf, "au début on louait pour eux, ils étaient financièrement pauvres", raconte Ulrich Förstermann. Aujourd'hui Uğur Şahin et Özlem Türeci sont multimilliardaires, mais Ulrich Förstermann assure qu'ils ne sont "pas principalement intéressés par gagner de l'argent". Ce sont de vrais chercheurs, la preuve, dit-il : malgré des mois de travail ininterrompu, Uğur Şahin enseigne toujours à l’université et Özlem Türeci signera dans quelques jours son contrat de professorat. 

Dans le même temps, la start-up accélère sa capacité de production: "BioNTech a acheté à Marbourg une usine du groupe Novartis, et ils ont ensuite construit ici à Mayence une grande entreprise." Avec ces deux nouveaux sites, l’objectif en 2021 est de produire un milliard et demi de doses du vaccin contre le coronavirus.

le reportage de Ludovic Piedtenu pour franceinfo
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.