Vaccination dans les Ehpad : "Il va falloir maintenir les gestes barrières encore pendant quelques mois", prévient un représentant de directeurs d'établissements

"Même si le vaccin ouvre quelques perspectives un peu plus heureuses de sortie de crise, nous avons encore quelques mois à passer en étant tout à fait prudents", affirme sur franceinfo Romain Gizolme, directeur de l'Association des directeurs au service de personnes âgées.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un résident d'un Ehpad reçoit une dose du vaccin Covid-19 Pfizer/BioNtech, à Loos (Nord), le 28 décembre 2020. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

"Il va falloir maintenir les gestes barrières encore pendant quelques mois", dans les Ehpad prévient Romain Gizolme, directeur de l'Association des directeurs au service de personnes âgées, dimanche 7 février sur franceinfo. D'après l'exécutif, 80% des résidents d'Ehpad auront reçu leurs deux doses du vaccin contre le Covid-19 début mars, soit 500 000 pensionnaires.

franceinfo : Où en est-on dans la vaccination dans les Ehpad ?

Romain Gizolme : Elle est particulièrement engagée, beaucoup de personnes âgées qui vivent en établissement vont avoir reçu la dose tel qu'il était prévu que ce soit le cas, voire déjà une seconde dose. Ce qui montre combien les professionnels, directeurs et directrices ont su, dès lors que l'Etat avait une stratégie vaccinale qui était claire, la mettre en place une fois encore dans des conditions malgré tout difficiles en terme de temps. Mais nous voyons que les choses avancent de ce point de vue-là. Il va falloir prolonger cet effort, notamment dans la vaccination des personnes âgées fragilisées qui vivent à domicile.

Quel est le pourcentage des résidents d'Ehpad qui ont eu deux injections ?

Aujourd'hui, ce pourcentage est faible puisqu'il était prévu que mi-février, l'ensemble des personnes qu'ils le souhaitaient aient pu recevoir une première dose. On va engager, pour ce qui concerne l'essentiel des gens, cette deuxième vaccination. Il faut commencer à penser l'après vaccination pour voir dans quelle mesure la vie peut être plus facile en Ehpad. Même si la vaccination arrive, il va falloir maintenir un certain nombre de gestes barrière encore pendant quelques mois. Puis, il faut également penser à pouvoir permettre à ces personnes de bénéficier aussi des mêmes souplesses que pour les concitoyens aujourd'hui, notamment le fait de pouvoir sortir se promener comme chacun jusqu'à 18 heures.

À Chauny, au nord de Paris, 106 résidents sur 111 ont été touchés par le virus. Le bilan est de 27 morts, avec en plus l'immense majorité des personnels également contaminés. Est-ce une exception ?

Oui, fort heureusement, c'est une exception. Mais on voit bien que ça nous rappelle que le virus est toujours là et que les variants se développent et qu'il faut encore être extrêmement prudent. Même si le vaccin ouvre quelques perspectives un peu plus heureuses de sortie de crise, nous avons encore quelques mois à passer en étant tout à fait prudents. Il faut avancer très vite de la part de l'Etat y compris pour les professionnels. On peut penser que l'arrivée du vaccin AstraZeneca puisse permettre d'élargir les possibilités de vaccination, et notamment à tout un pan de personnel qui ne pouvait pas y accéder jusqu'à présent. Il faut que ce soient également les professionnels de l'aide à domicile qui puissent également bénéficier de ce vaccin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.