Cet article date de plus de deux ans.

Covid-19 : l'Académie de médecine préconise de rendre le vaccin obligatoire

L'institution recommande de rendre la vaccination contre le coronavirus obligatoire progressivement pour certaines professions, ce à quoi le gouvernement s'oppose.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une femme reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 dans une tente installée au pied d'immeubles résidentiels de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, le 7 mai 2021. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

L'Académie nationale de médecine estime mardi 25 mai qu'il est indispensable de rendre obligatoire le vaccin contre le Covid-19 pour de nombreuses professions. En outre, elle juge que les enfants et les adolescents doivent se faire vacciner afin d'atteindre "une immunité collective suffisante pour contrôler l'épidémie".

>> Covid-19 : ils sont hésitants, réticents ou oubliés... Comment atteindre ceux qui n'ont pas encore été vaccinés ?

L'institution recommande de rendre tout d'abord "exigible" la vaccination pour les professions essentielles (enseignants, professions de santé, police et fonction publique en général, services d'approvisionnement en alimentation, eau, énergie, argent liquide et matériel informatique). Elle estime qu'il faudrait également appliquer cette obligation aux "activités professionnelles comportant un contact avec le public" (commerces, restauration, hôtellerie, établissements culturels et sportifs), "en préalable à toutes les activités comportant déplacements ou rassemblements" (voyages internationaux, cures thermales, événements associatifs), aux étudiants "avant la rentrée universitaire 2021" et aux donneurs de sang.

Aujourd'hui, "avec un taux d'efficacité de 90% à 95% contre les formes graves de Covid-19, les vaccins actuellement homologués en France remplissent les conditions qui permettent de recourir à l'obligation vaccinale", juge l'institution. Selon elle, "les mesures individuelles (gestes barrière) et collectives (couvre-feu, confinement) sont incapables de contrôler dans la durée" l'épidémie de Covid-19, "redoutable, en particulier socialement." Or "le dynamisme de la campagne va se heurter à l'obstacle des hésitants et des opposés à la vaccination", deux catégories estimées chacune à 15% de la population.

Le gouvernement toujours opposé

Rendre le vaccin obligatoire n'est pas à l'ordre du jour, répond le  gouvernement."Notre position n'a pas changé", a affirmé à franceinfo une source au gouvernement. La question avait déjà été posée en mars dernier. À l'époque, le ministre de la Santé Olivier Véran avait envoyé un courrier "à l'ensemble des soignants de notre pays" pour les "inciter très fortement à se faire vacciner", afin d'accélérer la cadence et de répondre aux défiances. Olivier Véran disait déjà "privilégier le dialogue" plutôt que le vaccin obligatoire pour les soignants. Pour l'instant toujours, le gouvernement ne compte donc "pas déroger à cette règle qu'il s'est fixé".

"Si en décembre, l'adhésion au vaccin était minoritaire, elle est aujourd'hui majoritaire. Il faut donc continuer à convaincre", martèle ce proche du ministre de la Santé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.