Cet article date de plus de deux ans.

Covid-19 : Gabriel Attal n'est "pas là pour faire des leçons de morale" aux Français sans comorbidités qui se font vacciner

La prise de rendez-vous pour la vaccination des personnes majeurs prioritaires se fera désormais "sur déclaration" de ces comorbidités, sans qu'aucune prescription médicale ne soit exigée.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, quitte le palais de l'Elysée, à Paris, le 5 mai 2021. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le porte-parole du gouvernement a déclaré, mercredi 5 mai, qu'il n'était "pas là pour faire des leçons de morale" aux Français sans comorbidités ayant reçu un vaccin contre le Covid-19"Je fais confiance à la responsabilité de chacun, mais confiance aussi au travail qui est mené dans nos centres de vaccination par les professionnels de santé", a répondu Gabriel Attal, interrogé à la sortie du Conseil des ministres sur la vaccination de Français en bonne santé, non prioritaires dans la stratégie gouvernementale actuelle.

Depuis samedi 1er mai, la vaccination est ouverte à tous les adultes atteints de maladies chroniques ou fragilité les exposant à une forme grave de Covid-19. Le ministère de la Santé Olivier Véran a précisé mardi que la prise de rendez-vous se ferait "sur déclaration" de ces comorbidités et qu'aucune prescription médicale ne serait exigée. "Il y aura peut être des stratégies de contournement, mais ce sera à la marge", a-t-il estimé.

Le gouvernement "entend l'impatience" des Français

"Ce sont aujourd'hui 31,5 millions de Français qui sont éligibles à la vaccination du fait de ces critères", a rappelé le porte-parole du gouvernement. Ce chiffre comprend les 16,5 millions de personnes qui ont déjà reçu au moins une dose du vaccin. "Je sais que les Français respecteront ces priorités", a-t-il ajouté.

La semaine précédente, des voix s'étaient élevées pour demander au gouvernement d'élargir les publics à vacciner, alors que des rendez-vous ne trouvaient pas preneurs, comme au Stade de France, au nord de Paris. "J'entends parfaitement l'impatience de très nombreux Français qui aimeraient pouvoir se faire vacciner au plus vite", a reconnu le porte-parole du gouvernement. Mais "aucun pays dans le monde aujourd'hui ne dispose de suffisamment de doses (...) pour ouvrir la vaccination immédiatement à l'ensemble de sa population", s'est défendu Gabriel Attal. Il a rappelé que l'objectif du gouvernement était d'assurer 20 millions de premières injections à la mi-mai, 30 millions à la mi-juin et "tous les adultes qui le souhaitent d'ici à la fin de l'été".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.