Revalorisation du salaire des aides à domicile : "Avril 2021, c'est trop tard", selon une association

Les salariés partent déjà "dans les hôpitaux". Le Ségur de la Santé a créé un "appel d'air" en augmentant les personnels hospitaliers.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une aide à domicile rapporte les courses à une personne âgée dont elle prend soin (photo d'illustration). (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"Il était temps, mais le mois d'avril 2021, c'est trop tard", "un certain nombre de salariés" partent déjà "dans les hôpitaux", a réagi Thierry d’Aboville, secrétaire général de l’Union nationale ADMR (Aide à domicile en milieu rural), un réseau associatif national de services à la personne, mardi 20 octobre sur franceinfo, alors que le gouvernement va débloquer 200 millions d'euros pour que les aides à domicile, qui interviennent chez des personnes âgées ou handicapées, puissent bénéficier d'une hausse de salaire d'environ 15% à partir d'avril prochain.

"On nous avait promis une augmentation pour 2020"

Cette mesure doit être adoptée via un amendement au projet de budget 2021 de la Sécurité sociale (PLFSS). L'examen de ce texte en première lecture à l'Assemblée nationale est prévu à partir de mardi. "On nous avait promis à travers une conférence salariale en février 2020, une augmentation pour l'année 2020. Et là, dans le cadre de ce PLFSS, c'est 2021. Il faut absolument que dès cette année, il puisse y avoir sur les fiches de paie des aides à domicile, des auxiliaires de vie sociale, un geste, une revalorisation de leurs salaires", a plaidé Thierry d'Aboville.

Selon lui, le Ségur de la Santé, qui a notamment abouti à une hausse mensuelle de 183 euros pour le personnel hospitalier, a "créé un appel d'air". "Un certain nombre de salariés de l'aide à domicile vont maintenant travailler dans les hôpitaux parce qu'il y a ces 180 euros supplémentaires par mois. Et sur des bas salaires, ça compte énormément. Depuis quelques semaines, partout dans nos fédérations départementales, il nous remonte que des salariés, des auxiliaires de vie sociale, des aides-soignantes vont dans les hôpitaux", a alerté le secrétaire général de l’Union nationale ADMR.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.