"Je suis très contente", "Ça fait du bien", "C'est notre deuxième famille", des personnes isolées racontent leur déjeuner de Noël chez les Petits frères des pauvres

Malgré le contexte sanitaire et pour lutter contre l'isolement, l'association les Petits frères des pauvres a organisé dimanche 25 décembre son traditionnel déjeuner de Noël dans ses locaux parisiens. Un événement festif qui a mis du baume au coeur aux personnes présentes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'association les Petits frères des pauvres organisait un déjeuner de Noël ce vendredi 25 décembre dans ses locaux à Paris. (THOMAS BR?GARDIS / MAXPPP)

Fêter Noël malgré tout. C'est ce qu'ont souhaité plusieurs associations dont les Petits frères des Pauvres qui organisait vendredi 25 décembre midi son traditionnel repas de Noël dans les locaux de son association située dans le 11e arrondissement de Paris. Une bonne façon pour les personnes isolées de ne pas se retrouver seules pour Noël, tout en respectant les contraintes sanitaires.

Au menu de ce déjeuner, une poularde farcie avec un petite écrasé de pommes de terre, du fromage et une bûche glacée. Quant au fois gras, il sera servi "avec du pain d'épices que m'a fait une bénévole hier soir", précise Christian Prabel, bénévole chez les Petits frères des pauvres. Il va servir les invités en faisant très attention : "Habituellement pour l'apéritif on faisait des petites assiettes et on les passait d'une personne à une autre. Là, chacun va avoir son bol personnel par mesure d'hygiène. Je mets aussi du gel hydroalcolique sur les tables. C'est le contexte qui veut ça. On ne doit pas être les uns contre les autres."

Un repas pour éviter que les personnes isolées le restent pour Noël

Lemaine s’installe à la table saupoudrée de paillettes. Une bénévole est venue la chercher en voiture pour qu’elle puisse participer à ce repas de Noel : "Je suis très contente là c'est bien. Pour le réveillon du 24, je suis restée toute seule, avec Jésus." De son côté, Daniel savoure ce repas festif : "Je pense bien que ça fait du bien, parce qu'hier j'était tout seul."

Anne aussi a souhaité venir. Sa famille est à Grenoble, sans ce repas elle serait restée seule : "Les Petits frères, c'est notre deuxième famille." Anne déplore tout de même la situation car à cause du contexte, certains manquent à l'appel : "C'est triste qu'il n'y ait pas beaucoup de monde. D'habitude on est là et on discute et là c'est triste. Que vont-ils faire pour arrêter cette maladie ? C'est vraiment très difficile."

"Il y a des gens qui ont peur du Covid"

En effet, à cause du Covid, certains invités ont préféré ne pas venir : "Sur les six, il y en a trois qui ne viennent pas. J'ai pourtant expliqué que c'était des grandes tables dans des grandes pièces, qu'on était loin les uns des autres mais c'est très complexe. Il y a des gens qui ont peur du Covid et qui dise 'C'est pas raisonnable, je ne viens pas'. On a donc commandé beaucoup de colis en plus, pour que les gens qui ne peuvent pas participer à un réveillon bénéficient au moins d'un colis."

Covid ou pas, le temps d’un repas de Noël, tous ont pu oublier le virus. En petit comité, certes, mais ensemble malgré tout.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.