Le coronavirus peut "accélérer une recontinentalisation des moyens de production"

Le coronavirus infecte l'économie chinoise. L'économiste Christophe Ramaux et le journaliste Étienne Lefebvre en débattent dans le 23h de franceinfo mardi 4 février.

franceinfo

"Les répercussions de l'épidémie de coronavirus sont colossales à l'échelle mondiale. La parole gouvernementale doit prendre au sérieux les enjeux, ne pas céder à la panique et se donner les moyens de soutenir l'économie et le secteur de la santé", estime Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés.

Les Bourses de Shanghai et Pékin ont dévissé de 8%. Les prévisions de croissance de la Chine ont été revues de 6 à 4% pour le premier trimestre. "À court terme, l'impact va être important pour le premier semestre. Les cours du pétrole, du fer et du cuivre chutent. La Chine fournit beaucoup de pièces et de composants à de grandes entreprises qui ne peuvent plus produire", ajoute Étienne Lefebvre, rédacteur en chef aux Échos.

Système de santé défaillant en Chine

"La Chine a gardé le plus mauvais du communisme : la bureaucratie, le manque de démocratie et de transparence. Et il lui manque un peu de socialisme. La part des dépenses de santé n'est que 5% du PIB", fait remarquer Christophe Ramaux.

Ce genre de pandémie "accélère la réflexion sur la manière qu'ont les entreprises de produire. Un seul rouage peut gripper toute la machine. Le changement climatique va rendre le transport aérien et maritime plus cher. On ne va pas avoir une démondialisation, mais une recontinentalisation de la production des entreprises pour mieux contrôler leur chaîne de valeurs politiquement et économiquement", conclut Étienne Lefebvre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une employée d\'une entreprise de textile, à Nantong, dans la province du Jiangsu (Chine).
Une employée d'une entreprise de textile, à Nantong, dans la province du Jiangsu (Chine). (STR / AFP)