Cet article date de plus de trois ans.

"Les quelques cas qu'il y a ici, ce sont les estivants" : dans les Côtes-d'Armor, les vacanciers soupçonnés d'un manque de prudence face au coronavirus

Le taux de reproduction du coronavirus a fortement augmenté en Bretagne pour atteindre vendredi 17 juillet 2,62, le plus important de France. L’Agence régionale de Santé précise toutefois que la circulation du virus reste cependant faible en Bretagne. 

Article rédigé par franceinfo - Farida Nouar
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Plage dans les Côtes-d'Armor le 14 mai 2020. Illustration (CLEMENTINE MERCIER / MAXPPP)

"On n'avait pas eu de cas jusqu'à présent, et là ça y est, en 24h, pour Binic il y en a eu beaucoup", s'inquiète Pierre Dayot, pharmacien à Binic (Côtes-d'Armor). Il l'avoue, de nombreuses personnes sont venues acheter des masques. Il a aussi vu arriver "des cas contact qui sont venus chercher une dotation que la Sécurité sociale leur avait demandé de prendre chez nous". Le pharmacien constate quelques cas positifs dans la commune, et s'inquiète : "Nous attendons encore un afflux de personnes, il y a quand même un risque de contagion."

Concrètement, dix malades du Covid-19 contaminent 26 personnes. Entre le 10 et le 15 juillet, 110 nouvelles infections ont été recensées, alors que les indicateurs suivis quotidiennement étaient jusqu'ici relativement stables dans la région. Toutefois, le taux de positivité des tests virologiques reste classé vert, avec des données comprises entre 0,28% (Morbihan) et 1,7% (Finistère), au 12 juillet.

Les vacanciers en accusation

L'inquiétude est malgré tout présente. Danièle, une Francilienne qui vient d'arriver en vacances, se promène sur le port de Binic avec son fils… et son masque : "Ça se répand un peu partout, c'est ça qui m'inquiète. Je fais attention à moi, et je fais attention aussi aux autres. Ça ne coûte rien de mettre un masque et puis si ça peut protéger les gens et se protéger soi-même, ce n'est pas plus mal."

À Binic, beaucoup de vacanciers profitent des jolies terrasses et de la belle plage de sable. Certains habitants, comme Roselyne et son amie, ne les voient pas d’un très bon œil : "On a eu beaucoup de chance et malheureusement, avec les vacanciers... Les quelques cas qu'il y a ici, ce sont les estivants." Roselyne affirme que s'il y a relâchement , ce n'est pas le fait des "locaux". Ce que semble confirmer le témoignage d'Anita, une touriste qui avoue s'être laissée aller depuis son arrivée : "Comme j'habitais Paris, qu'on était très touchés, quand je suis arrivée ici je me suis un peu soulagée, j'ai moins mis le masque."

Le maire de Binic a pris un arrêté dès le 13 juillet dernier pour rendre obligatoire le port du masque sur les marchés, jusqu’au mois d’octobre.

Vacances en Bretagne, sous la menace du coronavirus : écoutez le reportage de Farida Nouar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.