Covid-19 : la pandémie a fait perdre 36 ans à l'égalité entre les femmes et les hommes dans le monde

Selon une étude du Forum économique de Davos, les répercussions de la crise sanitaire ont été plus sévères pour les femmes qui ont été plus nombreuses à perdre leur emploi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme manifeste pour l'égalité des sexes, lors de la marche du 8 mars 2021 à Toulouse (Haute-Garonne). (LILIAN CAZABET / HANS LUCAS / AFP)

Une nouvelle conséquence du Covid-19. Selon l'étude annuelle publiée mercredi 31 mars par le Forum économique mondial de Davos, la crise sanitaire a retardé de plus d'une génération le temps nécessaire pour parvenir à l'égalité femme-homme. Si ce rapport fait ressortir de fortes disparités d'un pays à l'autre, il faudra toutefois encore compter 135,6 années avant de parvenir à la parité à l'échelle mondiale.

Il faudra désormais 36 ans de plus pour combler les écarts tant sur le plan économique que politique, de santé ou encore d'éducation, souligne cette étude annuelle sur les inégalités femmes-hommes dans le monde dont c'est la quinzième édition. 

"La pandémie a eu un impact fondamental sur l'égalité femmes-hommes, tant sur le lieu de travail qu'à la maison, faisant reculer des années de progrès."

Saadia Zahidi, membre du comité exécutif du Forum de Davos

citée dans un communiqué

Les répercussions de la crise sanitaire ont été plus sévères pour les femmes qui ont été plus nombreuses à perdre leur emploi, en partie en raison de leur sur-représentation dans des secteurs liées à la consommation qui ont été les plus directement affectés par les mesures de confinement.

Selon les chiffres de l'Organisation internationale du travail (OIT), la perte d'emplois des femmes a atteint 5% en 2020, contre 3,9% chez les hommes, a cité l'étude à l'appui. La crise sanitaire a également accru la double charge des femmes entre le travail et les responsabilités de la maison, avec les tâches ménagères, la garde des enfants et des soins aux personnes âgées qui leur "incombent de manière disproportionnée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.