Covid-19 : l'Islande dément la responsabilité de deux touristes français dans une vague de nouvelles contaminations

Rien ne prouve qu'ils aient violé la quatorzaine qui leur était imposée après avoir été testés positifs, assurent les autorités, démentant les affirmations de plusieurs médias.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un passant masqué devant un magasin de souvenirs aux couleurs du drapeau islandais à Reykjavik (Islande), le 3 septembre 2020. (JOHN SIBLEY / REUTERS)

L'indiscipline de deux touristes français a-t-il fait repartir l'épidémie de Covid-19 en Islande ? C'est ce qu'affirmait l'épidémiologiste en chef de la direction islandaise de la Santé dans un article du quotidien local Visir, lundi 21 septembre, repéré vendredi par plusieurs médias français dont Courrier international. Mais ce même jour, les autorités islandaises ont dementi cette hypothèse.

Thorolfur Gudnason, l'épidémiologiste, affirmait qu'une centaine de personnes diagnostiqués sur l'île dans les jours précédant le 21 septembre, soit '"la plupart" des nouvelles infections, portaient une nouvelle souche du virus, dont il affirme qu'elle a été observée pour la première fois en Islande sur deux touristes français testés positifs à leur arrivée mi-août. Il appelle même cette souche "le virus français".

L'épidémiologiste a laissé entendre qu'ils n'avaient alors pas respecté la consigne de s'isoler : "J'ai des informations selon lesquelles il était difficile de leur faire suivre les instructions", déclare-t-il dans Visir. La plupart de ces contaminations récentes ont eu lieu dans deux pubs de la capitale, Reykjavik.

Mais accuser les Français d'être responsables de ces contaminations est "injuste et sans fondement", a répliqué vendredi Kari Stefánsson, PDG de DeCODE Genetics, un entreprise qui participe au dispositif de dépistage islandais. "L'hypothèse selon laquelle les touristes français auraient violé la quarantaine ne repose sur aucune preuve", affirme-t-il à l'AFP.

La même souche a pu être introduite par d'autres voyageurs

C'est aussi ce qu'assure la police islandaise, toujours à l'AFP. "Les mesures sanitaires n'ont pas été suivies au maximum" par les deux jeunes gens, mais "il n'y a pas eu de violation des règles d'isolement" ni "aucune raison d'imposer une amende", assure-t-elle, sans expliquer quelles entorses les touristes ont pu commetre.

Si les Français portaient bien la souche du virus qui s'est ensuite répandue dans le pays, rien ne dit qu'ils soient responsables de son introduction, explique Kari Stefánsson : "Il est également possible, voire plus probable, qu'il y ait eu d'autres personnes dans cet avion qui ont été infectées et étaient suffisamment tôt dans l'infection pour qu'elles n'aient pas été détectées à la frontière."

L'Islande avait rouvert ses frontières aux voyageurs de l'espace Schengen le 15 juin dernier, leur imposant de respecter un isolement de quatorze jours ou de se faire tester, et de s'isoler en cas de résultat positif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.