Covid-19 : de "Nous sommes en guerre" à la crainte d'un "troisième confinement", les six précédentes allocutions d'Emmanuel Macron

Le président de la République a pris la parole à six reprises depuis le début de l'épidémie de Covid-19, en mars 2020. Retour sur les moments marquants de ces interventions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président de la République, Emmanuel Macron, à la télévision, lors d'une allocution sur le Covid-19, le 28 octobre 2020. (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)

C'est la septième fois qu'Emmanuel Macron s'adresse aux Français et aux Françaises depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Le président de la République devrait annoncer de nouvelles mesures pour faire face à la troisième vague, mercredi 31 mars à 20 heures. En attendant, franceinfo revient sur ses précédentes déclarations.

>> DIRECT. Suivez l'évolution de la situation et les annonces d'Emmanuel Macron

Le 12 mars 2020 : "Confiance dans la science"

Face à "la plus grave crise sanitaire depuis un siècle", Emmanuel Macron, le ton grave, annonce la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités à partir du 16 mars.

Un mécanisme exceptionnel de chômage partiel pour les salariés contraints à rester chez eux va être mis en place, les interventions chirurgicales non urgentes seront déprogrammées. Mais les élections municipales du 15 mars sont maintenues.

"Un principe nous guide pour définir nos actions (...) et il doit continuer de le faire : c'est la confiance dans la science", déclare le président. La France compte alors 61 morts pour moins de 3 000 contaminés. Après le discours, droite et gauche prônent "l'unité nationale".

16 mars 2020 : "Nous sommes en guerre" 

A peine quatre jours après sa première prise de parole, le chef de l'État revient dans les écrans de télévision. L'heure est grave. "Nous sommes en guerre", martèle le président qui annonce le premier confinement à compter du mardi 17 mars à midi.

Les déplacements sont strictement restreints, le mot d'ordre est "Restez chez vous", résumeront ensuite les ministres. Le second tour des élections municipales est reporté, toutes les réformes dont celle des retraites sont suspendues. La sidération s'empare des habitants de l'Hexagone.

13 avril 2020 : vers "des jours heureux"

Alors que le bilan de l'épidémie approche les 15 000 morts en France, Emmanuel Macron annonce la prolongation du confinement strict jusqu'au 11 mai. Crèches, écoles, collèges et lycées pourront progressivement rouvrir à cette date, mais bars et restaurants resteront fermés.

Le chef de l'Etat promet le retour des "jours heureux", prônant "solidarité", "confiance" et "volonté". L'allocution est suivie par 36,7 millions de téléspectateurs, record absolu pour une déclaration officielle.

14 juin 2020 : l'Hexagone passe au "vert"

Emmanuel Macron proclame un quasi-retour à la normale. Toute la France, sauf la Guyane et Mayotte, passe au "vert". Tous les cafés et restaurants peuvent rouvrir le lendemain, écoles et collèges peuvent accueillir tous les élèves à partir du 22 juin. Le second tour des municipales est fixé au 28 juin.

Le chef de l'Etat fait l'éloge de la gestion de la crise sanitaire en France, les oppositions de tous bords critiquent un "exercice d'autosatisfaction". La France compte quelque 30 000 morts.

28 octobre 2020 : la France "submergée"

Face à une "accélération soudaine" de l'épidémie qui "submerge" la France comme toute l'Europe, Emmanuel Macron annonce un deuxième confinement, au moins jusqu'au 1er décembre.

Cette fois crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts, mais les bars, restaurants et "commerces non essentiels" doivent à nouveau fermer. Les attestations dérogatoires de sortie font leur retour, le télétravail redevient la règle.

La deuxième vague "sera sans doute plus dure et plus meurtrière que la première", avertit Emmanuel Macron. L'épidémie a alors fait plus de 35 000 morts dans le pays. L'opposition s'est désolidarisée du gouvernement et fustige "l'échec" de la gestion de la crise par l'exécutif.

24 novembre 2020 : "poursuivre les efforts"

A l'approche des fêtes de Noël, Emmanuel Macron annonce un allègement des restrictions. Le confinement sera levé le 15 décembre et remplacé par un couvre-feu national.

Bars et restaurants restent fermés. Le chef de l'Etat fixe à 5 000 le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes pour que les musées, théâtres et cinémas puissent rouvrir. Une condition qui ne sera jamais remplie.

Le seuil des 50 000 morts est alors franchi. Emmanuel Macron appelle les Français à "poursuivre leurs efforts". "Si nous ne voulons pas subir demain un troisième confinement, nous devons redoubler de vigilance", demandait alors le président aux Français et aux Françaises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.