Coronavirus : tout savoir sur la notion de cas contact et les différents types de test

Avec la seconde vague du coronavirus qui s'abat sur la France, le journal de 23 Heures de franceinfo a fait le point, vendredi 23 octobre, sur la notion de cas contact ainsi que les différentes méthodes de test.

franceinfo

La seconde vague de coronavirus est là. C'est donc le moment parfait pour faire le point sur des termes qui rythment notre quotidien depuis plusieurs mois, comme celui de cas contact. "L'Assurance-maladie donne des critères très précis. Vous êtes cas contact à partir du moment où vous avez été en contact avec une personne porteuse du virus à moins d'un mètre et sans avoir de masque. Et il n'y a pas de minimum de temps : quelques instants suffisent, que l'on soit à l'intérieur ou à l'extérieur. Si on est cas contact, il faut se mettre à l'isolement pendant sept jours. Entre le cinquième et le septième jour, il faut se faire tester", détaille Jean-Christophe Batteria, journaliste à France Télévisions, sur le plateau du journal de 23 Heures, vendredi 23 octobre.

Plusieurs méthodes de tests

Une fois que l'on sait qu'on est cas contact, il faut donc pratiquer un test de dépistage. Il y a plusieurs méthodes de tests. "La première est le test nasal, avec l'écouvillon dans les fosses nasales. Le prélèvement est ensuite envoyé dans un laboratoire et analysé avec une machine appelée PCR (...) Toujours par prélèvement nasal, il y aussi le test antigénique. Là, on cherche des protéines qui sont associées au virus. C'est un petit peu moins précis qu'un test PCR, mais l'avantage est qu'on a le résultat presque immédiatement", ajoute le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des échantillons de prélèvements naso-pharyngés ou salivaires sont analysés pour détecter la présence du coronavirus chez les personnes testées, le 5 mai 2020, au CHU de Toulouse. 
Des échantillons de prélèvements naso-pharyngés ou salivaires sont analysés pour détecter la présence du coronavirus chez les personnes testées, le 5 mai 2020, au CHU de Toulouse.  (FR?D?RIC SCHEIBER / HANS LUCAS / AFP)