Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : le patron des supermarchés Leclerc se veut rassurant sur les stocks

"Il n'y a pas de raison de paniquer sur la disponibilité et sur l'approvisionnement" des denrées alimentaires, a assuré Michel-Edouard Leclerc.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Inquiétés par le coronavirus, certains consommateurs ont fait des stocks de provisions.  (BENOIT DURAND / HANS LUCAS / AFP)

"De la bouffe en France jusqu'à l'été." Les Français n'ont aucune raison de s'inquiéter concernant la disponibilité des produits de première nécessité dans un contexte d'accélération de la propagation du nouveau coronavirus, a assuré mercredi 11 mars Michel-Edouard Leclerc, président de la chaîne de magasins éponyme. 

"Il n'y a pas de raison de paniquer sur la disponibilité (...) et sur (...) l'approvisionnement : il y a des ruptures mais il n'y a pas de pénuries", a déclaré le président du groupement de distributeurs indépendants sur BFMTV et RMC."A part trois ou quatre grands fournisseurs de pâtes italiens qui sont bloqués (...), d'une manière générale, on a de la bouffe en France jusqu'à l'été", a-t-il assuré.

Des ruptures en région parisienne

Selon le cabinet d'études Nielsen, la semaine du 2 au 8 mars a encore été marquée par une forte augmentation (+5,6% en moyenne par rapport à la semaine précédente) des ventes de produits de grande consommation en hypers et supermarchés. Cette progression recouvre notamment un bond de 21,1% pour les produits d'épicerie (pâtes, riz, conserves...) et une hausse de 12,3% pour les produits de toilette et d'hygiène.

Cette forte hausse des achats a entraîné "de fréquentes ruptures en rayon, notamment le samedi 7 mars et particulièrement en région parisienne", souligne Nielsen dans une note.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.