Covid-19 : le président de la Confédération des commerçants demande l'interdiction de la publicité pour le Black Friday

Francis Palombi affirme que les commerçants sont prêts à descendre dans la rue s'ils ne sont pas entendus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France (CDF), 8 mars 2017. (EVA TISSOT / MAXPPP)

Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France (CDF), a appelé vendredi 13 novembre sur franceinfo le gouvernement à "interdire la publicité" pour le Black Friday, la journée de promotion organisée le quatrième vendredi du mois. Alors que les magasins, jugés non essentiels par le gouvernement, vont continuer à rester fermés en raison de la crise sanitaire, Francis Palombi y voit une "concurrence déloyale" et vise ainsi particulièrement Amazon.

>> Les commerces non essentiels doivent rester fermés. Ce qu'il faut retenir du point d'étape du Premier ministre après deux semaines de confinement.

"Je lance un appel au gouvernement pour qu'ils mettent tout en œuvre. On ne peut pas interdire l'opération Black Friday, mais on peut interdire la publicité du Black Friday. Je suis mobilisé avec toutes les associations de commerçants. Éventuellement si Amazon n'était pas freiné dans son action, eh bien, on descendra peut-être dans la rue", a-t-il déclaré.

"Des rues sans commerces, ce sont des rues mortes"

Il estime que c'est de "la concurrence déloyale des pure players, [qui commercialisent des produits exclusivement en ligne] dont Amazon, qui propose avec d'autres un Black Friday".

Cela rompt à l'équité commerciale, à la libre concurrence. Il faut la concurrence, mais la concurrence doit rester juste et loyale. 

Francis Palombi, président de la CDF

à franceinfo

Le président de la Confédération des commerçants de France lance un appel aux Français pour qu'ils soutiennent les commerces : "Je pense que cet appel sera entendu parce que les consommateurs, ce sont des citoyens. Les citoyens veulent, je pense, une vie agréable, ils veulent le lien social. Ils veulent pouvoir aller dans leur centre-ville. C'est quand même la vie. Vous le voyez actuellement, des rues sans commerces, ce sont des rues mortes", a-t-il affirmé.

Francis Palombi demande aussi à l'État d'intervenir en lançant "une grande action commerciale, une grande promotion assumée par l'État pour dire aux concitoyens et bien venez soutenir vos commerçants, venez dans les centres-villes !".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.