Marseille : deux services d'un hôpital déménagent à cause de punaises de lit

Selon "La Provence", le pire a été évité, l'hôpital étant intervenu à temps pour empêcher la propagation.

Une punaise de lit, à l\'Université de biologie de Dresde, en Allemagne, le 7 novembre 2016. 
Une punaise de lit, à l'Université de biologie de Dresde, en Allemagne, le 7 novembre 2016.  (ARNO BURGI / DPA / AFP)

Tout ceux qui ont eu à combattre les punaises de lit le savent : il faut être sans pitié avec ces petites bêtes. Après que deux patients et quelques membres du personnel ont été piqués par ces minuscules parasites à l'hôpital de La Timone, à Marseille (Bouches-du-Rhône), la direction de l'établissement a fait déménager deux services du douzième étage, rapporte La Provence, samedi 13 janvier, dans le cadre d'une mesure de précaution. 

Si la situation a été maîtrisée à temps, selon le quotidien, la nouvelle a pris (comme toujours avec les punaises de lit) "une ampleur médiatique déconcertante." 

Des punaises arrivées avec un patient 

"On a pris une décision radicale parce que ça dépassait le cadre d'une seule chambre et qu'on est précautionneux, je l'assume," a déclaré le directeur de l'établissement, Sébastien Vial, expliquant que "ça arrive à plein d'autres hôpitaux." 

"Un patient hospitalisé au 12e étage était porteur de punaises de lit le 20 décembre, il a été repéré immédiatement, un traitement a été réalisé, mais quatre autres points de contamination ont ensuite été identifiés, notamment dans le vestiaire du personnel et la salle de pause," a-t-il détaillé. "On a donc pris la décision de couper court en déménageant les services d'hépato-gastro-entérologie et d'oncologie dans une unité qui était vide à l'étage pour pouvoir traiter à fond et éviter qu'il y ait une diffusion parce qu'il y a beaucoup de mouvement." Selon le quotidien, "il semblerait que les parasites aient été éradiqués, le dernier cas identifié remontant à samedi dernier et les œufs mettant 7 jours à éclore."