Scolarisation des enfants en situation de handicap : "Le droit à l'école n'est pas effectif en France", dénonce l'Unapei

Au lendemain de la rentrée scolaire, la vice-présidente de l'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis estime que de nombreux enfants n'ont pas pu rentrer à l'école dans de bonnes conditions. 

Des enfants en fauteuil roulant dans leur école près de Lyon, en septembre 2016. 
Des enfants en fauteuil roulant dans leur école près de Lyon, en septembre 2016.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Alors que des enfants handicapés ne peuvent pas faire leur rentrée scolaire faute d'accompagnants, Coryne Husse, vice-présidente de l’Unapei (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) a dénoncé mardi 4 septembre, sur franceinfo, le fait que "le droit à l'école n'est pas effectif en France."

franceinfo : Des centaines, voire des milliers d'enfants sont concernés ?

Coryne Husse : Exactement. Nous alertons les pouvoirs publics : le droit à l'école n'est pas effectif en France, nous ne nous donnons pas les moyens pour que tous les enfants, en 2018, soient scolarisés. Aujourd'hui, nous vivons trois réalités, qui sont celles de témoignages de parents pour qui les enfants ne font pas cette rentrée en 2018, ensuite des témoignages de scolarisation partielle, c'est-à-dire que des enfants ont deux, trois, ou huit heures par semaine, et ensuite une autre réalité, qui est celle de la liste d'attente dans les établissement médico-sociaux pour des enfants qui sont orientés par la maison départementale du handicap et pour qui l'école n'a pas répondu à la totalité de leurs besoins.

Le gouvernement avait promis, en juillet, de recruter près de 11 000 accompagnants d'élèves en situation de handicap. Où en est-on ?

On est très contents de ces chiffres mais ce que nous réclamons depuis des années, c'est le chiffre qui objective le besoin des enfants handicapés en France. Les gouvernements ne s'en donnent pas les moyens. Les besoins sont extrêmement divers : l'Unapei accompagne des enfants déficients intellectuels, des enfants avec des troubles du comportement, des enfants autistes ou des enfants polyhandicapés. Ils ont besoin d'avoir des accompagnants auprès d'eux. Un enfant en situation de handicap a besoin d'accompagnement renforcé.

Ce problème est-il le même selon la région ou la taille de la ville ?

Il y a une inégalité sur le territoire. Si vous vivez en milieu rural, il est évident que, pour être à l'école de quartier, il faut une volonté de la municipalité, de la mairie, et de l'école d'intégrer et de pouvoir accompagner ces enfants. A côté de ça, il y a un manque de compétences et de ressources sur le territoire pour accompagner ces enfants dans l'école ordinaire.