Des députés rédigent une proposition de loi contre la surexposition des enfants aux écrans, qui "pourrait être le mal du siècle"

Dans une tribune, les parlementaires pointent l'influence néfaste des écrans sur le sommeil, l'alimentation ou encore le langage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une centaine de députés de la majorité lancent le 10 décembre 2021 une campagne numérique contre la surexposition des enfants aux écrans, à travers une tribune publiée dans "Le Monde". 
 (KARINE PERON LE OUAY / HANS LUCAS / AFP)

Une centaine de députés de la majorité lancent vendredi 10 décembre une campagne numérique contre la surexposition des enfants aux écrans, "le mal du siècle" selon eux, en vue de la rédaction d'une proposition de loi sur le sujet.

"Pour les générations qui viennent au monde ou sont éduquées avec cette omniprésence des écrans, c'est à nous qu'il revient de prendre les bonnes décisions pour protéger leur développement", estiment ces parlementaires dans une tribune publiée dans Le Monde (article payant).

"Un tiers des enfants de 0 à 3 ans prend ses repas devant un écran", qui devient une entrave "à l'acquisition du langage, à la mémorisation des savoirs", soulignent-ils dans ce texte, signé également par l'ancien ministre socialiste Benoît Hamon et le philosophe Gaspard Koenig.

Un texte déposé fin février 

Les écrans "ont aussi une influence néfaste sur le sommeil, l'alimentation, ou encore la gestion des émotions", relèvent-ils, alors qu'entre 3 et 10 ans, près d'un enfant sur quatre passe plus de trois heures par jour devant un écran. Et de poursuivre : "L'usage important des écrans varie notamment selon le niveau d'études des parents, la situation socio-économique et l'âge de la mère."

Les parlementaires veulent construire avec le grand public une proposition de loi de prévention sur le site Purpoz.com. L'objectif : développer "une vraie politique de prévention, sensibiliser les parents, former les professionnels, réguler l'utilisation des écrans dans les lieux d'accueil des enfants".

Le texte devrait être déposé fin février à l'Assemblée nationale et ne devrait donc pas être examiné sous ce quinquennat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé et maladie des enfants et ados

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.