La loi Evin a 30 ans : retour sur la politique de lutte contre le tabac en France en quatre actes

La loi Evin, qui interdit le tabac dans "les locaux à usage collectif" et qui interdit également la vente de tabac au moins de 18 ans a été promulguée le 10 janvier 1991. Mais si la lutte contre le tabagisme s'intensifie depuis les années 90, ça n’a pas toujours été le cas.

Article rédigé par
Edité par Pauline Pennanec'h - Valentin Dunate
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des personnes travaillent dans un bureau réservé aux non-fumeurs, le 22 Octobre 1992. (GABRIEL BOUYS / AFP)

La loi Evin, qui interdit le tabac dans "les locaux à usage collectif" et qui interdit également la vente de tabac au moins de 18 ans a été promulguée le 10 janvier 1991. Mais si la lutte contre le tabagisme s'intensifie depuis les années 90, ça n’a pas toujours été le cas. 

Au début du XXe siècle, fumer, c'est la classe ! C'est même un brin raffiné, surtout après l'apparition des cigarettes américaines qui démocratisent la consommation de tabac en France. Ce plaisir est uniquement réservé aux hommes jusqu'en 1945. Les femmes ont finalement eu l'accès aux coupons pour fumer, mais pas plus de 40 cigarettes par mois. A l'époque, elles commencent à devenir la cible de l'industrie du tabac. Les enfants s'y mettent aussi et il faudra attendre le milieu des années 70 pour qu'une prise de conscience sur les méfaits du tabac amène les autorités à réagir. Retour en archives sur le rapport des Français au tabac, des années 50 à nos jours. 

1950-1980 : les "trente glorieuses" de la cigarette

Mais à partir des années 50, puis dans les années 70, on fume partout. C’est cool la cigarette... même les enfants s’y mettent ! Dans cette archive datant de 1976, de jeunes élèves de l'école secondaire d'Athis-Mons (Essonne), âgés entre 8 et 15 ans, relatent l'expérience de leur première cigarette. "J'ai beaucoup toussoté à ma première cigarette", raconte l'un d'eux, qui dit avoir commencé à fumer à cinq ans. D'autres ont fumé lors de réunions de familles, puis pour "s'intégrer", disent-ils. Aucune interdiction à la maison, même s'il faut "se modérer". "On voit des petits garçons fumer, se promener dans la rue, cigarette au bec, explique un des jeunes interrogés. Bon, je trouve que c'est un peu pour la frime, pour faire bien, pour faire comme tout le monde !"

1976 : la première loi pour encadrer la consommation de tabac

Face à cette situation, les médecins lancent l’alerte au début des années 70. A l'époque, l'Institut de recherche sur le cancer à Villejuif mène une expérience en laboratoire sur des rats blancs. Exposés à la fumée de cigarette, l'expérience démontre à l'époque qu'ils ont développé plus de pathologies que les autres. "On peut admettre que pour le cancer du poumon par exemple, chez un non fumeur, le risque est d'environ un pour 1 000, alors que pour un très gros fumeur, il va jusqu'à 10%", explique le professeur Daniel Schwartz.

À ce moment-là, on assiste à un début de prise de conscience en France. Simone Veil, alors ministre de la Santé, fait voter la première loi en faveur de la lutte contre le tabagisme, le 9 juillet 1976. Cette loi limite la publicité en faveur du tabac sauf dans la presse écrite, interdit la consommation de tabac dans certains lieux à usage collectif, interdit aux fabricants et vendeurs de tabac la distribution gratuite de cigarettes et le parrainage d'événements sportifs. Enfin, elle impose aux fabriquant d'ajouter sur les emballages cet avertissement sanitaire "abus dangereux".

Dans une interview télévisée, Simone Veil s'explique : "Il faut aussi que les producteurs et les fabricants de tabac comprennent pourquoi nous faisons ces campagnes et que lorsque les jeunes commencent à fumer très tôt, il y a réellement, pour leur avenir, un danger réel."

1991 : la loi Evin interdit la publicité et la cigarette dans les lieux à usage collectif

Il faut attendre le 10 janvier 1991 pour que la lutte anti-tabac se durcisse. La loi Evin, du nom du ministre des Affaires sociales et de la Santé de l'époque, Claude Evin, interdit toute publicité, et interdit de fumer dans les lieux à usage collectif. "La lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme a toujours eu dans nos institutions une valeur symbolique, sans doute parce qu'il s'agit de légiférer sur des habitudes de vie qui conduisent à la mort ou à la souffrance physique et psychologique comme à la déchéance sociale", déclare Claude Evin devant l’Assemblée nationale.

2007 : la fin des zones fumeurs

Avec la loi Evin promulguée il y a 30 ans, fumer devient donc interdit dans les écoles ou au travail par exemple, mais il y a encore beaucoup de zones fumeurs. Ce n'est qu’en 2007 que les cigarettes disparaissent des lieux publics et des transports. Fumer devient beaucoup moins cool car comme le chante San Severino, "la cigarette tue tout doucement".

Dans les années 2000, les prix augmentent et la consommation chute massivement jusqu’à l’arrivée de la pandémie de Covid-19, qui a entraîné l’an dernier une hausse des ventes de 12%.

Trente ans de la loi Evin - Reportage de Valentin Dunate
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.