INFO FRANCEINFO. Le ministère de la Santé préparait bien une opération de sensibilisation aux risques de l'alcool au mois de janvier 2020

La ministre assurait jeudi sur franceinfo qu'aucune décision n'avait été prise sur l'organisation du "Mois sans alcool" suscitant l'ire des associations de prévention.

Lettre adressée à Laurence Cottet, présidente de l\'association Méthode H3D, qui lutte contre l\'alcoolisme.
Lettre adressée à Laurence Cottet, présidente de l'association Méthode H3D, qui lutte contre l'alcoolisme. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Une opération de sensibilisation aux risques de l'alcool au mois de janvier 2020 avait bien été préparée par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, contrairement à ce que cette dernière a affirmé jeudi 21 novembre, selon une lettre que franceinfo s'est procurée.

Cette lettre, adressée à Laurence Cottet, présidente de l'association Méthode H3D qui lutte contre l'alcoolisme, précise que "le Fonds de lutte contre les addictions finance déjà [...] une opération nationale de marketing social sur l'alcool qui se déroulera en janvier 2020". 

Datée du 5 novembre, elle est signée par le département de la Prévention et de la promotion de la santé, un service de l'Assurance maladie, membre du Fonds de lutte contre les addictions, au même titre que différentes directions du ministère de la Santé. Une information qui contredit ce qu'affirmait la ministre Agnès Buzyn. Jeudi matin sur franceinfo, elle assurait que cette opération de sensibilisation était "en train d'être travaillée" et que la mesure n'avait "pas été validée par le ministère de la santé"

Les associations dénoncent la volte-face du gouvernement

Dans le courrier, le département de la Prévention et de la promotion de la santé, émet un avis défavorable à un projet de "Janvier sobre", en invoquant un financement qui avait déjà été accordé à cette opération nationale de marketing social sur l'alcool. Agnès Buzyn affirmait pourtant jeudi que la décision n'était pas encore prise, renvoyant à un comité interministériel en février. Depuis mercredi, les associations alertent sur les dangers de l'alcool fustigent le gouvernement, coupable, d'après elles, d'avoir renoncé au dernier moment à cette campagne contre l'alcoolisme au mois de janvier.