Créativité et psychose ont-elles les mêmes racines génétiques ?

Vincent Van Gogh, Ernest Hemingway, Frédéric Chopin… De nombreux artistes célèbres ont souffert de troubles psychiques comme la bipolarité ou la schizophrénie. De là à émettre l'hypothèse d'un lien génétique entre psychose et créativité il n'y a qu'un pas, qu'ont franchi des chercheurs britanniques.

Aristote pensait qu'il n'y avait "pas de génie sans un brin de folie". Et un certain nombre d'artistes sont connus pour avoir été victimes de troubles psychiatriques, à l'instar de Vincent Van Gogh qui souffrait de bipolarité. L'idée d'un lien entre créativité et psychose refait aujourd'hui surface avec une étude britannique publiée le 8 juin dans la revue Nature Neuroscience.

Les auteurs affirment ainsi que la fibre artistique et certaines maladies mentales, comme la schizophrénie et la bipolarité, auraient au moins partiellement des racines génétiques communes. Ils ont étudié le génome de plus de 86.000 Islandais. Ceux membres des sociétés nationales artistiques de danseurs, d'acteurs, de musiciens ou d'écrivains étaient considérés comme créatifs. Les employés de bureau, les agriculteurs, les vendeurs ou les travailleurs manuels ne faisaient quant à eux pas partie de cette catégorie. Les chercheurs ont ensuite croisé leurs génomes avec différentes variations génétiques qui sembleraient liées à la schizophrénie et la bipolarité.

Résultat : statistiquement, le code génétique des artistes se trouverait à mi-chemin entre celui des personnes psychotiques et celui des personnes "normales". Leurs conclusions paraissent claires : "les gens créatifs peuvent avoir une prédisposition génétique à penser différemment, ce qui, lorsqu'elle est combinée avec d'autres facteurs biologiques ou environnementaux néfastes, pourrait conduire à une maladie mentale", expliquent-ils. Pourtant, d'autres scientifiques sont plus sceptiques, comme le Pr David Cultler, généticien à Atlanta, interrogé par l'AFP, qui note que "les résultats sont robustes (statistiquement ndlr) mais très limités".

Comment définir la créativité ?

Si l'idée qu'un lien existe entre trouble mentaux et sens artistique paraît facile à accepter, cette étude possède bon nombre de points à éclaircir. Pour commencer, comment définir la notion de créativité ? Etre membre d'une société artistique ne signifie pas forcément que l'on est créatif. Et dans quelle mesure un employé de banque ne peut-il pas lui aussi être créatif ? Comme explication, les chercheurs proposent une définition floue, considérant les personnes créatives comme "des personnes capables d'avoir une approche novatrice utilisant des processus mentaux différents des modes de pensée ou d'expression dominants".

D'autre part, la part génétique de la bipolarité et de la schizophrénie reste encore compliquée à prouver (1). Les auteurs admettent d'ailleurs que les mécanismes biologiques sous-jacents de ces maladies sont toujours peu connus. Dans ces deux maladies une multitude de gènes peuvent intervenir. Et ces variations sont "probablement impliquées dans toutes sortes de fonctions neurologiques et cognitives, et pas uniquement dans celles liées aux capacités artistiques", précise David Cultler. Ce qui est indéniable c'est qu'il n'existe en aucun cas un seul gène de la bipolarité, de la schizophrénie, ni de la créativité. Que ce soit les racines de la créativité ou celles des psychoses, elles mêlent intimement part génétique et expériences de la vie.

Les auteurs de l'étude semblent donc tirer des extrapolations rapides. Néanmoins ces hypothèses peuvent former un point de départ pour de futures investigations afin de trouver, peut-être des similitudes entre la manière de penser des personnes créatives et celle des personnes souffrant de troubles psychiques.

-----
(1) Pour la bipolarité par exemple, la recherche se concentre pour l'instant sur plusieurs gènes comme ceux codant pour la tyrosine hydroxylase, la monoamine oxydase A ou encore des gènes impliqués dans la neurotransmission sérotoninergique (5HTT, TPH).

Source : Polygenic risk scores for schizophrenia and bipolar disorder predict creativity. R. Power et al. Nature Neuroscience, juin 2015. doi:10.1038/nn.4040