Cet article date de plus de sept ans.

Coeur artificiel : la société Carmat autorisée à reprendre les essais

Un premier patient était mort 75 jours après la greffe d'un cœur artificiel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un employé de la société Carmat inspecte un cœur artificiel, le 24 septembre 2009, à Velizy, près de Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Carmat est autorisé à les essais de son coeur artificiel. La société annonce avoir obtenu mercredi 16 juillet un avis faborable du comité de protection des personnes, le comité de sécurité ainsi que les autorités réglementaires..

Au lendemain du décès le 2 mars du premier patient la société Carmat avait annoncé maintenir son programme d'essais comprenant quatre patients "au pronostic vital engagé à brève échéance". Agé de 76 ans, Claude Dany, était mort 75 jours après l'implantation à l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris, le 18 décembre 2013.

De meilleures conditions de sécurité

Le recrutement des patients avait été alors suspendu par la société "pour permettre l'analyse des données issues de la première implantation", indique Carmat dans un communiqué. La société avait souligné en mars que le critère de succès retenu pour ces premiers essais était la "survie à 30 jours" des patients et qu'"avec 74 jours de survie", la première implantation était "probante".

Des mesures complémentaires ont été mises en place pour poursuivre l'essai "dans les meilleures conditions de sécurité", selon Marcello Conviti, le directeur général de Carmat. Le coeur artificiel Carmat n'est pas destiné à faire patienter un malade en attente de greffe cardiaque mais à remplacer définitivement le coeur défaillant, selon ses concepteurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.