Cet article date de plus de dix ans.

Coca-Cola va retirer un ingrédient controversé de ses boissons

La célèbre marque américaine va suivre une pétition en ligne demandant le retrait de l'huile végétale bromée, un additif que l'on retrouve aussi dans des produits ignifuges.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des boissons énergétiques Powerade, fabriquées par Coca-Cola, dans un magasin de New York (Etats-Unis), le 5 mai 2014.  (ANDREW BURTON / GETTY IMAGES / AFP)

"La sécurité et la qualité de nos produits est notre priorité." Coca-Cola prévoit de supprimer de certaines de ses boissons l'huile végétale bromée (BVO), un additif que l'on retrouve aussi dans des produits ignifuges. Selon la BBC News (en anglais), qui rapporte l'information mardi 6 mai, le groupe réagit ainsi à une pétition en ligne lancée par une adolescente du Mississippi et qui a recueilli près de 60 000 signatures.

La BVO se trouve dans les boissons aux fruits et énergétiques de Coca-Cola, comme le Fanta, vendues notamment aux Etats-Unis mais pas dans l'Union européenne ni au Japon, son usage alimentaire y étant interdit. L'agence américaine de l'alimentation et des médicaments (Food and Drug Administration) a retiré l'huile végétale bromée de sa liste des produits autorisés en 1970. Mais les fabricants de boissons restent autorisés à l'utiliser dans une certaine limite.  

Pertes de mémoire

Selon des recherches scientifiques, une consommation excessive de boissons contenant de la BVO peut avoir des effets négatifs sur la santé, comme des pertes de mémoire, des troubles nerveux ou des problèmes dermatologiques. Selon la BBC, des consommateurs s'offusquent de la présence d'un tel ingrédient dans des boissons énergétiques destinées à des sportifs soucieux de leur santé.

Pepsi a déjà retiré cet additif de sa boisson énergétique Gatorade l'année dernière à la suite d'une autre pétition lancée par la même jeune fille. Il prévoit de faire de même avec Mountain Dew et Amp Energy.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.