Botulisme à Bordeaux : "C'est totalement exceptionnel", souligne Benjamin Clouzeau, médecin-réanimateur au CHU de Bordeaux

Une personne est décédée parmi une dizaine atteintes de botulisme, une maladie neurologique provoquée par une toxine puissante, après avoir mangé des sardines en conserve dans un même restaurant à Bordeaux dimanche.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'entrée d'un service d'urgence. Photo d'illustration. (MYRIAM TIRLER / HANS LUCAS / VIA AFP)

"C'est totalement exceptionnel", souligne Benjamin Clouzeau, médecin-réanimateur au CHU de Bordeaux. Douze personnes ont contracté le botulisme après qu'un restaurant de Bordeaux, le Tchin Tchin Wine Bar, leur a servi des sardines en bocal, entre le lundi 4 et le dimanche 10 septembre, a indiqué l'Agence régionale de Santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine lors d'une conférence de presse mercredi. L'une d'entre elles, une femme âgée de 32 ans, est décédée en région parisienne.

>> Une femme morte, neuf personnes hospitalisées... Ce que l'on sait de l'intoxication au botulisme dans un bar à vin bordelais

"Douze cas rattachés à une seule intoxication, ça représente le nombre de cas annuels en France en règle générale pour cette maladie", ajoute-t-il. L'enquête devra déterminer dans quelles circonstances les victimes ont été intoxiquées, mais le Tchin Tchin Wine Bar est un bar à tapas "où donc plusieurs personnes pouvaient piocher dans le plat. Ce qui explique le nombre de sujets exposés", avance ce médecin.

L'Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine indique qu'il "pourrait avoir de nouveaux cas jusqu'à ce week-end". Car si les symptômes interviennent "dans les 72 heures suivant l'ingestion, on peut voir des tableaux évoluant de façon plus lente et plus subie, aiguë, conduisant à une forme grave de la maladie jusqu'à huit jours", explique Benjamin Clouzeau. Or, "le dernier repas pris dans ce restaurant potentiellement incriminé est le dimanche 10 septembre, donc jusqu'à dimanche prochain".

"La toxine botulique est utilisée en bioterrorisme"

Une alerte a été lancée à tous les professionnels de santé de France, mais aussi une alerte mondiale puisque certains clients de ce bar à tapas étaient étrangers. C'est important, car il existe un traitement anti-toxinique. "Il a comme objectif de bloquer la toxine avant que celle-ci ne se fixe sur les nerfs et ne cause un blocage prolongé du fonctionnement des nerfs", indique Benjamin Clouzeau qui précise que la "toxine botulique est utilisée en bioterrorisme"

"C'est une arme potentiellement de guerre parce qu'elle a un pouvoir bloquant des nerfs de façon très, très forte et de façon prolongée."

Benjamin Clouzeau, médecin-réanimateur au CHU de Bordeaux

à franceinfo

Ainsi, cet "anti-toxinique fait partie de stocks stratégiques dont l'armée dispose dans le cadre du bioterrorisme et ces stocks ont pu être mis à disposition de nos patients afin de pouvoir les traiter", ajoute ce médecin-réanimateur au CHU de Bordeaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.